La damnation de faust

Hector Berlioz

Opéra Bastille - du 05 au 29 décembre 2015

La Damnation de Faust

Légende dramatique en quatre parties (1846)

Musique
Hector Berlioz
Livret
Hector Berlioz
Almire Gandonnière
Direction musicale
Philippe Jordan
Mise en scène
Alvis Hermanis
Marguerite
Sophie Koch
Faust
Jonas Kaufmann
Bryan Hymel
Méphistophélès
Bryn Terfel
Brander
Edwin Crossley-Mercer
Voix céleste
Sophie Claisse
Rôle muet et dansé
Dominique Mercy
Décors
Alvis Hermanis
Costumes
Christine Neumeister
Lumières
Gleb Filshtinsky
Vidéo
Katrina Neiburga
Chorégraphie
Alla Sigalova
Dramaturgie
Christian Longchamp
Chef des Choeurs
José Luis Basso

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris
Maîtrise des Hauts-de-Seine / Choeur d’enfants de l’Opéra national de Paris

Surtitrage en français et en anglais
Conception synthèse vocale par Greg Beller

Ce spectacle fera l’objet d’une captation audiovisuelle .
Une co-production Opéra national de Paris, Telmondis avec le soutien du CNC réalisée par Louise Narboni.
Diffusion en direct au cinéma le 17 décembre et à partir du 19 décembre sur Culture Box.
Diffusion sur France 3 et France Musique ultérieurement.

Podcast


à propos


"Qui donc es-tu, toi dont l’ardent regard pénètre ainsi que l’éclat d’un poignard, et qui, comme la flamme, brûle et dévore l’âme ?"

- La Damnation de Faust, Partie II, scène 5


« Le merveilleux livre me fascina de prime abord ; je ne le quittais plus ; je le lisais sans cesse, à table, au théâtre, dans les rues, partout. » C’est ainsi que Goethe, dont le compositeur découvrit le Premier Faust en 1828, rejoignit Virgile et Shakespeare pour former la Trinité berliozienne. Sans reprendre haleine, il mit en musique les fragments versifiés de la traduction en prose de Gérard de Nerval, qu’il publia sous le titre de Huit scènes de Faust. Et lorsqu’il décida, dix-huit ans plus tard, de reprendre et de développer ce matériau dans La Damnation de Faust au cours d’un voyage « en Autriche, en Hongrie, en Bohême et en Silésie », une même fièvre s’empara de lui.

« Une fois lancé, je fis les vers qui me manquaient au fur et à mesure que me venaient les idées musicales. Je composais la partition quand je pouvais et où je pouvais ; en voiture, en chemin de fer, sur les bateaux à vapeur ». Comme porté par « le désir d’un cœur trop vaste et d’une âme altérée d’un bonheur qui la fuit », Berlioz se confond avec sa création : car cette voix invoquant la « nature immense, impénétrable et fière » est absolument la sienne, dont l’ampleur inouïe excède les formes traditionnelles, entre rêve d’opéra et de symphonie. Révéler la théâtralité de cette « légende dramatique » est un défi constant, que le metteur en scène Alvis Hermanis a accepté de relever. Dirigé par Philippe Jordan, ce premier volet d’un cycle Berlioz qui se poursuivra sur plusieurs saisons, marque le retour de Jonas Kaufmann et Bryn Terfel à l’Opéra national de Paris.

Galerie
L M M J V S D
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
8
mar. déc.

Articles liés

Offres Spectateurs

  • Coffrets Opéra

    Fête des Mères / Fête des Pères

    En savoir plus
  • Week-end Opéra national de Paris / Comédie Française

    En un week-end, assistez à deux spectacles présentés à l’Opéra national de Paris et à la Comédie-Française

    En savoir plus
Magie noire