iphigénie en tauride

Christoph Willibald Gluck

Palais Garnier - du 02 au 25 décembre 2016

Iphigénie en Tauride

Tragédie lyrique en quatre actes (1779)

Musique
Christoph Willibald Gluck
Livret
Nicolas-François Guillard

D’après Guymond de La Touche
d’après Euripide

En langue française

Direction musicale
Bertrand de Billy
Mise en scène
Krzysztof Warlikowski
Iphigénie
Véronique Gens
Oreste
Étienne Dupuis
Pylade
Stanislas de Barbeyrac
Thoas
Thomas Johannes Mayer
Diane
Adriana Gonzalez
Première prêtresse
Adriana Gonzalez
Deuxième prêtresse
Emanuela Pascu
Une femme grecque
Emanuela Pascu
Un Scythe
Tomasz Kumiega
Un ministre
Tomasz Kumiega
Iphigénie (rôle muet)
Renate Jett
Décors
Małgorzata Szczęśniak
Costumes
Małgorzata Szczęśniak
Lumières
Felice Ross
Vidéo
Denis Guéguin
Chorégraphie
Claude Bardouil
Dramaturgie
Miron Hakenbeck
Chef des Choeurs
Alessandro Di Stefano

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Surtitrage en français et en anglais

Podcast


En partenariat avec France Musique

à propos


« Le calme reparaît, mais au fond de mon cœur, Hélas ! L’orage habite encore. »  

Iphigénie, Acte I


Pour honorer la prédiction d’un oracle, Iphigénie doit tuer tout étranger s’échouant sur les rivages de Tauride. Las, c’est son frère Oreste qui accoste, assassin de leur mère Clytemnestre, qu’il a tuée pour venger le meurtre de leur père Agamemnon : telle est la lignée maudite des Atrides qui répète la mort de génération en génération… Cette chaîne de crimes héréditaires passera-t-elle par Iphigénie ? En 1779, Gluck composait avec Iphigénie en Tauride une musique qui semblait faire naître une émotion nouvelle – ni tout à fait théâtrale ni tout à fait lyrique – dans laquelle ses contemporains crurent voir la tragédie grecque enfin ressuscitée. Au réformateur de l’art lyrique répond un grand réformateur du théâtre. En 2006, les spectateurs qui poussaient les portes du Palais Garnier étaient accueillis par les silhouettes immobiles des interprètes qui les attendaient sur scène, et semblaient leur tendre une forme de miroir dérangeant. Le Polonais Krzysztof Warlikowski signait sa première mise en scène pour l’Opéra de Paris avec cette « Iphigénie » bouleversante, où les personnages au crépuscule de leur existence n’en finissent pas d’être hantés par leur passé.

Galerie
L M M J V S D
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Offres Spectateurs

  • Soirées - de 40 ans

    Soirées dédiées aux spectateurs âgés de moins de 40 ans, avec présentation des œuvres par un intervenant, animations spécifiques et un tarif réduit de 40 % sur toutes les catégories de places

    En savoir plus
  • Pass' Opéra

    Votre carte de réduction ! Seul ou à deux, bénéficiez dès l’achat de votre Pass de 20% de réduction sur une sélection de représentations.

    En savoir plus
  • Coffrets cadeaux

    Avec les Coffrets Opéra, conçu pour vous à l’occasion des fêtes, vous pourrez offrir à vos proches une expérience unique à l’Opéra.

    En savoir plus
Adieu Bohème