De la maison des morts

Leoš Janáček

Opéra Bastille - du 15 novembre au 02 décembre 2017

De la maison des morts

Opéra en trois actes

Musique
Leoš Janáček
Livret
Leoš Janáček

D’après Feodor Mikhaïlovitch Dostoïevski , Souvenirs de la maison des morts
En langue tchèque

Direction musicale
Esa-Pekka Salonen
Mise en scène
Patrice Chéreau
Réalisation de la mise en scène
Peter McClintock
Vincent Huguet
Alexandre Petrovitch Goriantchikov
Willard White
Alieïa
Eric Stoklossa
Filka Morosov
Štefan Margita
Le grand prisonnier
Peter Straka
Le petit prisonnier
VladimÍr Chmelo
Le commandant
JiřÍ Sulženko
Le vieux prisonnier
Graham Clark
Skuratov
Ladislav Elgr
Tchekounov
Ján Galla
Le prisonnier ivre
Tomáš Krejčiřík
Le cuisinier, le forgeron
Martin Bárta
Le pope
Vadim Artamonov
Le jeune prisonnier
Olivier Dumait
Une prostituée
Susannah Haberfeld
Le prisonnier jouant Dom Juan et le Brahmane
Aleš Jenis
Kedril
Marian Pavlovič
Chapkin
Peter Hoare
Chiskov
Peter Mattei
Tcherevine
Andreas Conrad
Collaboration artistique
Thierry Thieû Niang
Décors
Richard Peduzzi
Costumes
Caroline de Vivaise
Lumières
Bertrand Couderc
Chef des Choeurs
José Luis Basso

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris
Surtitrage en français et en anglais

Production des Wiener Festwochen, Vienne, coproduction avec le Holland festival, Amsterdam, le festival d’Aix-en-Provence, the Metropolitan Opera, New York, et le teatro alla Scala, Milan

Podcast


à propos


Il façonna un oiseau de glaise, souffla dessus et il s’envola, et il s’envola ! -

Alieïa, Acte III

Concentrant les récits de vie que Dostoïevski relate dans ses Carnets de la maison morte – souvenirs du bagne en Silésie –, Janáček compose un opéra empli par la brûlure de l’envie et du désir. La contagion de la sauvagerie, la cruauté, la brutalité y sont exacerbées par les murs du pénitencier. Mais au cœur des parois de béton jaillissent la tendresse des hommes, leurs paroles devant un oiseau blessé, la multiplicité de leurs histoires, la singularité de leurs monologues. Débarrassée de tout artifice, la musique de Janáček offre avant tout, selon les mots de Kundera, de « s’approcher radicalement du réel ». Avec cette production, créée aux Wiener Festwochen en 2007, l’Opéra de Paris rend hommage à Patrice Chéreau.

Galerie La presse en parle
S’abonner
L M M J V S D
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
L M M J V S D
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Articles liés

Offres Spectateurs

  • Pass' Opéra

    Votre carte de réduction ! Seul ou à deux, bénéficiez dès l’achat de votre Pass de 20% de réduction sur une sélection de représentations.

    En savoir plus
  • Coffrets cadeaux

    Avec les Coffrets Opéra, conçu pour vous à l’occasion des fêtes, vous pourrez offrir à vos proches une expérience unique à l’Opéra.

    En savoir plus
  • Soirées - de 40 ans

    Soirées dédiées aux spectateurs âgés de moins de 40 ans, avec présentation des œuvres par un intervenant, animations spécifiques et un tarif réduit de 40 % sur toutes les catégories de places

    En savoir plus
Adieu Bohème