Boris godounov

Modeste Petrovitch Moussorgski

Opéra Bastille - du 04 juin au 12 juillet 2018

Photo © Anton Ginzburg

Boris Godounov

Opéra en sept tableaux

Musique
Modeste Moussorgski
Livret
Modeste Moussorgski

D’après Alexandre Pouchkine, Nicolas Karamzine
En langue russe

Direction musicale
Vladimir Jurowski
Damian Iorio
Mise en scène
Ivo van Hove
Boris Godounov
Ildar Abdrazakov
Alexander Tsymbalyuk
Fiodor
Evdokia Malevskaya
Xenia
Ruzan Mantashyan
La nourrice
Alexandra Durseneva
Le prince Chouiski
Maxim Paster
Andrei Chtchelkalov
Boris Pinkhasovich
Pimen
Ain Anger
Grigori Otrepiev
Dmitry Golovnin
Varlaam
Evgeny Nikitin
Missaïl
Peter Bronder
L'aubergiste
Elena Manistina
L'innocent
Vasily Efimov
Mitioukha
Mikhail Timoshenko
Un officier de police
Maxim Mikhailov
Un boyard, voix dans la foule
Francisco Simonet
Décors
Jan Versweyveld
Lumières
Jan Versweyveld
Costumes
An D’Huys
Vidéo
Tal Yarden
Dramaturgie
Jan Vandenhouwe
Chef des Choeurs
José Luis Basso

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris
Maîtrise des Hauts-de-Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris
Surtitrage en français et en anglais

Ce spectacle fait l’objet d’une captation réalisée par Don Kent, coproduite par l’Opéra national de Paris et Bel Air Média, avec la participation de France 2, avec le soutien du CNC et de la Fondation Orange, mécène des retransmissions audiovisuelles de l’Opéra national de Paris. Ce spectacle sera retransmis en direct sur Culturebox le 7 juin 2018 à 20h. Il sera également retransmis le même jour en direct avec le concours de Fra Cinéma, dans les cinémas UGC, dans le cadre de leur saison Viva l’Opéra ! et dans des cinémas indépendants en France et dans le monde entier. Il sera retransmis ultérieurement sur France 2 et sur France Musique le 1er juillet 2018 à 20h.

à propos


Le pouvoir vivant est insupportable au peuple ; il ne sait aimer que les morts.

- Boris, Boris Godounov, Alexandre Pouchkine

Lorsqu’en 1824, Pouchkine entreprit avec Boris Godounov l’élaboration de son premier drame historique, il ne savait que trop à quel colosse il s’attaquait. C’est armé d’une lecture de Shakespeare qu’il se mesura au règne fulgurant du Tsar de toutes les Russies (1598-1605).
De fait, il y a du Macbeth dans cette fable politique, où Boris voit ressurgir, sous la forme d’un imposteur, le spectre de l’enfant qu’il avait fait assassiner pour conquérir le trône. S’emparant de ce poème épique, Moussorgski compose une réflexion sur la solitude du pouvoir, un drame populaire dont le véritable protagoniste est le peuple russe, avec son lot de souffrances éternelles.
Déjà, Pouchkine s’interrogeait : « Qu’est‑ce qu’une âme ? Une mélodie, peut‑être… » Ivo Van Hove, habitué des grandes fresques politiques, signe sa première mise en scène pour l’Opéra de Paris.

Galerie
Réserver
L M M J V S D
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
L M M J V S D
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Articles liés