FR EN

Maxim Mikhailov
Basse

© Dmitry Anakovsky

Né à Moscou, Maxim Mikhailov remporte en 1987 le Concours Glinka et rejoint la troupe du Théâtre Bolchoï. En 1993, il est l’un des lauréats du Concours Belvedere à Vienne. Sa carrière prend alors un essor international. Il est invité au Festival de Pâques de Salzbourg (Boris Godounov, sous la direction de Claudio Abbado) et fait ses débuts à l’Opéra de Nantes dans La Khovantchina (Khovanski).
Il interprète Mazeppa et Le Nez au Nederlandse Opera, Don Giovanni (Masetto) et Le Coq d’or au Covent Garden de Londres, Varlaam et Chtchelkalov (Boris Godounov) au Houston Grand Opera, Golaud (Pelléas et Mélisande) et le rôle-titre de Boris Godounov à Nantes, Sarastro (La Flûte enchantée) au Volksoper de Vienne, Le Rossignol et Renard de Stravinsky à l’Opéra national de Paris (enregistrement EMI), Grémine d’Eugène Onéguine avec l’Orchestre Philharmonique d’Israël, Banco de Macbeth à Oslo, Fasolt de L’Or du Rhin au Festival Herode Atticus d’Athènes, Varlaam à Helsinki, Golova (La Nuit de mai) et Kecal (La Fiancée vendue) au Teatro Comunale de Bologne, Philippe II (Don Carlo) à Dublin, le Roi (Aïda) à La Monnaie de Bruxelles dans la mise en scène de Robert Wilson, le Pope (Lady Macbeth de Mzensk) au Liceu de Barcelone, Timur de Turandot à San Diego… En 2004, il fait ses débuts au Festival de Glyndebourne (Le Chevalier avare et Gianni Schicchi).
Plus récemment, il chante Tomski (La Dame de pique) à Naples, Dolokhov et Ermolov (La Guerre et la Paix) à l’Opéra national de Paris, Les Joueurs de Chostakovitch à la Scala de Milan sous la direction de Vladimir Jurowski, La Duenna de Prokofiev, Eugène Onéguine (Zaretski) et Les Maîtres chanteurs de Nuremberg (Hans Schwartz) à Glyndebourne, Hunding (La Walkyrie) à Lisbonne, Varlaam (Boris Godounov) à La Fenice de Venise, le Diable (Cherevitchki) au Covent Garden de Londres, le Pope (Lady Macbeth de Mzensk) à Santiago du Chili, Polonius (Hamlet) au Metropolitan Opera de New York, l’Inspecteur de Police (Lady Macbeth de Mzensk) à l’Opéra d’Anvers, le Tsar Dodon (Le Coq d’or) au Concertgebouw d’Amsterdam.