Le château de barbe-bleue /​ la voix humaine

Béla Bartók / Francis Poulenc

Palais Garnier - du 20 novembre au 12 décembre 2015

Le Château de Barbe-Bleue

Opéra en un acte (1918)

Musique
Béla Bartók
Livret
Béla Balazs
Direction musicale
Esa-Pekka Salonen
Mise en scène
Krzysztof Warlikowski
Le Duc Barbe-Bleue
John Relyea
Judith
Ekaterina Gubanova

La Voix humaine

Tragédie lyrique en un acte (1959)

Musique
Francis Poulenc
Livret
Jean Cocteau
Direction musicale
Esa-Pekka Salonen
Mise en scène
Krzysztof Warlikowski
Elle
Barbara Hannigan
Lui (rôle muet)
Claude Bardouil
Décors
Małgorzata Szczęśniak
Costumes
Małgorzata Szczęśniak
Lumières
Felice Ross
Vidéo
Denis Guéguin
Chorégraphie
Claude Bardouil
Dramaturgie
Christian Longchamp

Orchestre de l'Opéra national de Paris
Coproduction avec le Teatro Real, Madrid

Surtitrage en français et en anglais

Ce spectacle fera l’objet d’une captation audiovisuelle.

Une co-production Opéra national de Paris, Telmondis, Mezzo avec le soutien du CNC réalisée par Stéphane Metge.
Diffusion en direct sur Mezzo le 10 décembre et diffusion sur France Musique ultérieurement.

  • Les avant-premières bénéficient du soutien exceptionnel de la Fondation BNP Paribas

    En savoir plus
  • Avec le soutien de l'AROP

    En savoir plus

Podcast


à propos


"Prends garde, prends garde à mon château, prends garde, prends garde à nous, Judith !" 

- Le Château de Barbe-Bleue 

"Si tu ne m’aimais pas et si tu étais adroit, le téléphone deviendrait une arme effrayante qui ne laisse pas de traces, qui ne fait pas de bruit." La Voix humaine, deux dialogues, qui en réalité ne sont que des monologues. Car Judith pourrait n'être, sous la silhouette noire de la quatrième épouse "venue du cœur d'une nuit semée d'étoiles", que la voix de l'inconscient meurtri de Barbe-Bleue, reclus dans ce château sans fenêtres avec lequel sa psyché se confond. Car Elle – mais qui est Elle ? Et à qui parle-t-Elle ? – répond au silence de cet homme qui, à l'autre extrémité d'une ligne rompue, peut-être, n'est pas là. Quatre décennies, ou presque, séparent la conception du Château de Barbe-Bleue de celle de La Voix humaine – même si la pièce de Jean Cocteau, reprise telle quelle dans le livret, date de 1930. Un demi-siècle de profondes remises en question, qui a vu les créations de Wozzeck, puis de Lulu de Berg, mais aussi de Moses und Aron de Schönberg. L'écho de Pelléas et Mélisande de Debussy, de sa prosodie au plus près de la langue, résonne néanmoins chez Bartók autant que chez Poulenc, avec la singularité de l'idiome musical propre à chacun – l'un, porté par l'élan fondateur d'un opéra hongrois alors naissant et l'autre qui, en qualifiant son monodrame de tragédie lyrique, s'inscrivit dans une lignée remontant à Lully. Associés pour la première fois, Esa-Pekka Salonen et Krzysztof Warlikowski lèvent, à travers l'ombre sur laquelle se referme la septième porte, « le rideau de nos cils » sur une chambre pleine de larmes de sang.

Galerie

Partenaires médias et techniques

L M M J V S D
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
L M M J V S D
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Articles liés

Offres Spectateurs

  • Soirées - de 40 ans

    Soirées dédiées aux spectateurs âgés de moins de 40 ans, avec présentation des œuvres par un intervenant, animations spécifiques et un tarif réduit de 40 % sur toutes les catégories de places

    En savoir plus
  • Week-end Opéra national de Paris / Comédie Française

    En un week-end, assistez à deux spectacles présentés à l’Opéra national de Paris et à la Comédie-Française

    En savoir plus
  • Bon cadeau

    Faites partager votre passion pour l'opéra et le ballet en offrant un bon de l'Opéra national de Paris

    En savoir plus
Le Lac Perdu