Eliogabalo

Francesco Cavalli

Palais Garnier - du 14 septembre au 15 octobre 2016

Eliogabalo

Opéra en trois actes (1999), création posthume

Musique
Francesco Cavalli
Livret
Anonyme

En langue italienne

Direction musicale
Leonardo García Alarcón
Mise en scène
Thomas Jolly
Collaboration artistique
Alexandre Dain
Chorégraphie
Maud Le Pladec
Eliogabalo
Franco Fagioli
Alessandro Cesare
Paul Groves
Flavia Gemmira
Nadine Sierra
Giuliano Gordio
Valer Sabadus
Anicia Eritea
Elin Rombo
Atilia Macrina
Mariana Flores
Zotico
Matthew Newlin
Lenia
Emiliano Gonzalez Toro
Nerbulone, Tiferne
Scott Conner
Décors
Thibaut Fack
Costumes
Gareth Pugh
Lumières
Antoine Travert
Dramaturgie
Corinne Meyniel
Chef des Choeurs
Thibault Lenaerts

Orchestre Cappella Mediterranea
Chœur de Chambre de Namur

Coproduction avec de Nationale Opera, Amsterdam

Surtitrage en français et en anglais

Ce spectacle fera l’objet d’une captation audiovisuelle

Une co-production Opéra national de Paris et CLC avec le soutien du CNC et la participation de France 2, réalisée par Julien Condemine et Roberto Maria Grassi.
Diffusion en direct sur Culturebox le 7 octobre.
Diffusion sur France 2 ultérieurement et sur France Musique le 16 octobre.

  • Les avant-premières bénéficient du soutien exceptionnel de la Fondation BNP Paribas

    En savoir plus
  • Mécène des retransmissions audiovisuelles de l'Opéra

    En savoir plus
  • Avec le soutien de l'AROP

    En savoir plus

Podcast


En partenariat avec France Musique

à propos


« Eliogabalo est langoureux, efféminé, libidineux, lascif ; regarde, observe, que le ciel te protège. »  

Lenia, Acte I, scène 11


Violents, terribles et fascinants, Caligula, Néron ou Héliogabale ont eu des vies dont la brièveté, l’ambivalence et la cruauté ont inspiré de nombreux écrivains. « L'anarchie, au point où Héliogabale la pousse, c’est de la poésie réalisée », écrivait Antonin Artaud, magnifiant la lutte d’un homme contre les conventions et l’ordre d’un monde. En 1667, Cavalli avait, pour le dernier opéra qu'on lui connaisse, choisi de s’attacher à cet empereur, si jeune et si pervers, qui délaissa l’action politique pour l’inquiétude de sa seule jouissance. Opérant un systématique renversement des valeurs admises, Héliogabale habille les hommes en femmes et place les femmes au sénat, honore les serviteurs dévoyés et humilie les généraux. Œuvre baroque et carnavalesque, Eliogabalo n’est pas pour autant un opéra qui prône le retour à l’ordre. Thomas Jolly et Leonardo GarcÍa Alarcón, découvreur de trésors baroques, se gardent bien de faire d’Eliogabalo une icône sublime qui humilierait la vertu. Le chef d’orchestre et le jeune metteur en scène, qui montent ici leur première production pour l’Opéra de Paris, assument au contraire les contradictions et les ambiguïtés du personnage.

Galerie

Partenaires médias et techniques

L M M J V S D
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
L M M J V S D
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Articles liés

Offres Spectateurs

  • Pass' Opéra

    Votre carte de réduction ! Seul ou à deux, bénéficiez dès l’achat de votre Pass de 20% de réduction sur une sélection de représentations.

    En savoir plus
  • Soirées - de 40 ans

    Soirées dédiées aux spectateurs âgés de moins de 40 ans, avec présentation des œuvres par un intervenant, animations spécifiques et un tarif réduit de 40 % sur toutes les catégories de places

    En savoir plus
  • Coffrets cadeaux

    Avec les Coffrets Opéra, conçu pour vous à l’occasion des fêtes, vous pourrez offrir à vos proches une expérience unique à l’Opéra.

    En savoir plus
Adieu Bohème