Don Pasquale - Opéra - Programmation Saison 18/19 - Opéra national de Paris

  • Opéra

    Don Pasquale

    Gaetano Donizetti

    Palais Garnier - du 22 mars au 16 avril 2019

    Vincent Pontet / OnP

Voir toutes les informations

Don Pasquale

Palais Garnier - du 22 mars au 16 avril 2019

Opéra

Don Pasquale

Gaetano Donizetti

Palais Garnier - du 22 mars au 16 avril 2019

2h30 avec 1 entracte

Langue : Italien

Surtitrage : Français / Anglais

  • Première : 22 mars 2019

À propos

En quelques mots :

Don Pasquale, vieux barbon célibataire, décide de se marier pour contrarier les plans de son neveu Ernesto. Mais Ernesto, avec l’aide du Docteur Malatesta, s’emploie à prendre Don Pasquale dans les filets du piège qu’il a lui‑même conçu : c’est à Norina, sa promise, qu’il confie le rôle de la future épouse. Docile puis intraitable, celle-ci excelle dans les jeux de faux‑semblants. Entre ces deux générations, le conflit couve et attise la comédie autant qu’il souligne la nostalgie des êtres. Damiano Michieletto fraie ici la voie de la sincérité et de la profondeur dramatique au cœur d’une oeuvre d’apparence légère, connue pour être l’apothéose du genre buffa.

Personnages

Don Pasquale : Vieux et riche célibataire, décidé à prendre femme sur le tard afin de priver son neveu de son héritage
Ernesto : Neveu de Don Pasquale, amoureux de Norina
Norina : Jeune femme désargentée, fausse épouse de Don Pasquale sous le pseudonyme de Sofronia
Le docteur Malatesta : Ami de la famille, allié d’Ernesto et Norina, il est l’auteur du stratagème destiné à duper Don Pasquale

  • Ouverture
  • Première partie 80 mn
  • Entracte 30 mn
  • Deuxième partie 45 mn
  • Fin

La presse en parle

  • Damiano Michieletto offre à Don Pasquale une entrée au répertoire digne des ors du Palais Garnier.

    Marie-Aude Roux, Le Monde, 13/06/2018
  • Abattage scénique, richesse du timbre, puissance de la projection, le Français remportera même la bataille de barytons du fameux duo de l’acte III avec Don Pasquale.

    Marie-Aude Roux, Le Monde, 13/06/2018

Représentations

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Que vous soyez membre ou non, l’Arop - Les amis de l’Opéra vous propose de réserver des places pour toutes les dates de représentation, y compris pour celles non encore ouvertes à la vente ou celles affichant complet.

Audios

Don Pasquale (saison 18/19)- Christian Senn (Dottor Malatesta), Michele Pertusi (Don Pasquale)

Don Pasquale (saison 18/19) - Pretty Yende

Don Pasquale (saison 18/19)- Javier Camarena (Ernesto)

Don Pasquale (saison 18/19)- Michele Pertusi (Don Pasquale)

Coulisses

  • Les deux visages de Don Pasquale

    Vidéo

    Les deux visages de Don Pasquale

  • Podcast Don Pasquale

    Podcast

    Podcast Don Pasquale

  • Dessine-moi Don Pasquale

    Vidéo

    Dessine-moi Don Pasquale

  • La Morale est-elle si juste ?

    Article

    La Morale est-elle si juste ?

© Eléna Bauer / OnP

Les deux visages de Don Pasquale

06:37’

Vidéo

Les deux visages de Don Pasquale

Entretien avec Michele Pertusi

Par Anna Schauder

Spécialiste du répertoire italien, Michele Pertusi évoque le personnage de Don Pasquale, vieil homme touchant et autoritaire, pris dans la toile de son propre entourage. À la fois comique et dramatique, l’œuvre de Donizetti est de retour sur la scène du Palais Garnier. Michele Mariotti dirige cet opéra bouffe napolitain, mis en scène par Damiano Micheletto avec Michele Pertusi dans le rôle-titre.

© Vincent Pontet / OnP

Podcast Don Pasquale

Podcast

Podcast Don Pasquale

"Dansez ! Chantez ! 7 minutes à l’Opéra de Paris" - en partenariat avec France Musique

07’

Par Nathalie Moller, France Musique

Avec « Dansez ! Chantez ! 7 minutes à l’Opéra de Paris », nous vous proposons des incursions originales dans la programmation de la saison à la faveur d’émissions produites par France Musique et l’Opéra national de Paris. Pour chacune des productions d’opéra et de ballet, Nathalie Moller pour le lyrique et Jean-Baptiste Urbain pour la danse, vous introduisent, avant votre passage dans nos théâtres, aux œuvres et aux artistes que vous allez découvrir. 

Dessine-moi Don Pasquale

01:09’

Vidéo

Dessine-moi Don Pasquale

Une minute pour comprendre l’intrigue

Par Octave

Don Pasquale, vieux barbon célibataire, décide de se marier pour contrarier les plans de son neveu Ernesto. Mais Ernesto, avec l’aide du Docteur Malatesta, s’emploie à prendre Don Pasquale dans les filets du piège qu’il a lui‑même conçu : c’est à Norina, sa promise, qu’il confie le rôle de la future épouse. Docile puis intraitable, celle-ci excelle dans les jeux de faux‑semblants. Entre ces deux générations, le conflit couve et attise la comédie autant qu’il souligne la nostalgie des êtres. Damiano Michieletto fraie ici la voie de la sincérité et de la profondeur dramatique au cœur d’une oeuvre d’apparence légère, connue pour être l’apothéose du genre buffa.

© Eléna Bauer / OnP

La Morale est-elle si juste ?

Article

La Morale est-elle si juste ?

Entretien avec Damiano Michieletto

04’

Par Simon Hatab

Avec Don Pasquale, Donizetti revenait en 1843 à un réjouissant dramma buffo présentant tous les ingrédients du genre : déguisements, échanges de noms, faux mariage, neveu déshérité devenu héritier à la fin du drame, vieil oncle prêt à tout pour protéger son patrimoine... C’est au metteur en scène Damiano Michieletto qu’il revient de révéler la légèreté et la profondeur de cet ouvrage.


Vous signez avec Don Pasquale votre troisième mise en scène pour l’Opéra de Paris, après Le Barbier de Séville et Samson et Dalila. Qu’est-ce qui vous a décidé à monter l’opéra de Donizetti ?

Damiano Michieletto : C’est un opéra court qui représente un défi pour un metteur en scène. Donizetti y propose toute une galerie de portraits dessinés avec une grande précision. Tout comme le compositeur rénove et réinvente la forme dramatique et les caractères de l’opera buffa, l’intérêt pour moi était de porter sur l’ouvrage un regard neuf, d’en concevoir une vision moderne, d’arracher les personnages aux clichés habituels de l’opéra. Mais de le faire tout en respectant la comédie, de ne pas être ennuyeux sans être trop sophistiqué, en un mot, de prendre cette intrigue au sérieux sans être trop sérieux. Je constate que, souvent, dans les drames contemporains, les personnages de vieillards sont dépeints comme des êtres graves, pesants, comme s’ils avaient perdu leur pouvoir comique. Je pense qu’il faut garder de l’espace pour le rire et pour la légèreté.

Michele Pertusi (Don Pasquale) et Nadine Sierra (Norina), Palais Garnier 201
Michele Pertusi (Don Pasquale) et Nadine Sierra (Norina), Palais Garnier 201 © Vincent Pontet / OnP

Comment appréhendez-vous le personnage éponyme de Don Pasquale ?

D.M. : C’est un personnage faible, seul, incapable de se départir d’habitudes qui l’isolent encore davantage du reste du monde, un vieillard qui se comporte comme un enfant : bien qu’il ait beaucoup vécu, il est extrêmement immature, il n’a aucune expérience dans le domaine de l’amour et des sentiments, il n’a pas les moyens d’exprimer ses émotions. Il y a dans son chant même quelque chose de puéril. Comme s’il voulait perpétuellement se convaincre qu’il était encore vivant. De ce point de vue, il me fait penser à Falstaff : vieux mais se croyant encore jeune et attirant. Il aime séduire et, bien sûr, ses entreprises de séduction sont toujours vouées à l’échec. Il finit abandonné et désargenté et, comme dans Falstaff, cette fin ne manque pas de nous amuser. Cependant, Norina, Ernesto, Malatesta et jusqu’à Don Pasquale lui-même ont beau chanter que « la morale est très juste », on est en droit de la trouver bien amère. Il y a une certaine mélancolie dans Don Pasquale. Une

mélancolie qui culmine lorsque Norina gifle son « époux ». Il y a alors quelques minutes d’une musique vraiment différente de tout le reste de l’opéra. C’est le moment où le vieillard se heurte de plein fouet à la réalité. Il se sent vulnérable. Il se remémore sa jeunesse passée. Tout comme le héros de Verdi, Don Pasquale est dramatiquement fascinant, une sorte d’animal scénique. Parce qu’il se met en jeu, il est capable de prendre de gros risques, il est prêt à se jeter à corps perdu dans un jeu dont il ignore l’issue et quand il échoue, il est prêt à recommencer.


Votre mise en scène fait intervenir un dispositif vidéo. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D.M. : Ce dispositif est lié au personnage de Malatesta, qui est un personnage pour le moins ambigu. C’est un « faux ami ». Le préfixe Mala- renvoie à la maladie. C’est le virus qui empoisonne la vie de Don Pasquale, une sorte d’éminence grise. Il se met apparemment au service de Norina, lui expliquant qu’il prévoit de donner une leçon à Don Pasquale afin que le vieillard laisse son neveu épouser la femme de son cœur mais, au fond, on ignore quelles sont ses vraies motivations. Il crée de toutes pièces un univers mensonger, une réalité alternative, dans le but de berner Don Pasquale. Il lui propose de lui présenter sa propre sœur, Sofronia, qu’il décrit comme angélique, innocente, candide, généreuse, modeste, douce, aimante et de surcroît élevée dans un couvent selon les clichés de la comédie de l’époque. Mais bien sûr, rien de tout cela n’est vrai : il s’agit en réalité de Norina qui, à peine épousée, se transformera, et lui fera vivre l’enfer. La vidéo nous sert à montrer cet écart entre le fantasme et la réalité.

Instagram

Mécènes et partenaires

Haut de Page