Saison passée ? (prévoir header particulier si oui) : Oui

le château de barbe-bleue /​ la voix humaine

Palais Garnier - du 17 mars au 11 avril 2018

le château de barbe-bleue /​ la voix humaine

Opéra Béla Bartók / Francis Poulenc

Voir les séances S’abonner Réserver Poser une option

Offres personnelles sur ce spectacle

Palais Garnier - du 17 mars au 11 avril 2018

1h55 sans entracte

Langue : Hongrois / Français

Surtitrage : Français / Anglais

  • Première : 17 mars

À propos

En quelques mots :

J’aime avoir peur… avec vous.- La Belle, la belle et la Bête, Jean Cocteau, 1946


Entre le conte désenchanté de Bartók – dont la partition envoûtante fut d’abord jugée inexécutable – et le désespoir fait monologue de Poulenc, le metteur en scène Krzysztof Warlikowski a perçu un même fil dramaturgique, une même conscience féminine, une même sensation d’enfermement et d’étouffement. Car celle qui pénètre dans le château de Barbe‑Bleue n’est-elle pas promise à partager le sort d’Elle, cette femme que seule semble raccrocher à la vie une conversation téléphonique avec un homme ?
Et cet homme à qui elle parle, existe-t-il réellement ? À moins que le metteur en scène n’ait pris à la lettre les mots de Cocteau, et que le téléphone ne soit devenu cette « arme effrayante qui ne laisse pas de traces, qui ne fait pas de bruit ».

Représentations

En audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

En audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Audios

Podcast | Le Château de Barbe-Bleue / La Voix humaine - Béla Bartók / Francis Poulenc

La presse en parle

  • […] Une réussite de haut vol

    L’Obs
  • Deux sombres univers, mais un magnifique diptyque sur la passion amoureuse qui vous dévore et vous annihile

    Culturebox, Lorenzo Ciavarini Azzi
  • Dans le Poulenc, Barbara Hannigan, une fois de plus impressionnante de présence et d’intensité dramatique, incarne avec la violence voulue cette femme blessée que Warlikowski fait meurtrière.

    Les Echos, Philippe Venturini

Autour de l'œuvre