FR EN

Communiqué du 24 octobre 2019

Le Ballet de l'Opéra national de Paris hors les murs : CHAILLOT Théâtre national de la danse

© Ann Ray / OnP
22 octobre 2019À revoir World ballet day 2e édition ! 8 novembre 2019Résultats du Concours de promotion du Ballet de l’Opéra national de Paris

À l’occasion du centenaire de la naissance de Merce Cunningham, Chaillot, en collaboration avec le Festival d’Automne à Paris et le Théâtre de la Ville, présente entre le 22 et le 26 octobre un programme réunissant pour la première fois le Ballet de l’Opéra national de Paris (Walkaround Time), le Royal Ballet de Londres (Cross Currents) et l’Opera Ballet Vlaanderen (Pond Way). Ce spectacle est présenté avec le Festival d’Automne à Paris à l’occasion du Portrait Merce Cunningham et avec le Théâtre de la Ville dans le cadre de sa programmation « hors-les-murs ».

Walkaround Time (Chaillot 2019)
Walkaround Time (Chaillot 2019) 7 images

Représentations

  • Jeudi 24 octobre 2019 - 19h45 
  • Vendredi 25 octobre 2019 - 20h30 
  • Samedi 26 octobre 2019 - 15h30 
  • Samedi 26 octobre 2019 - 20h30  

© Ann Ray / OnP
WALKAROUND TIME

Musique : David Behrman
Chorégraphie : Merce Cunningham
Décors : d'après Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même dit Le Grand Verre
Costumes : d'après Jasper Johns
Lumières : Beverly Emmons

Ballet créé par la Merce Cunningham Dance Company au 2e festival of the Arts Today, Buffalo (États-Unis) le 10 mars 1968 et entré au répertoire du Ballet de l'Opéra national de Paris le 14 avril 2017. * le décors d'origine de la production de 1968 a été conçu et supervisé par Jasper Johns. Ce décor fait aujourd'hui partie de la collection du Walker Art Center.
Pour cette production, une réplique à été construite pour l'Opéra national de Paris sous la supervision de Pascal Goblot pour l'Association Marcel Duchamp  

Avec, (sous réserve de modifications)

Dans Walkaround Time (1968), Merce Cunningham s’est attaché à expérimenter les potentialités scéniques du « ready-made ». Jasper Johns, directeur artistique de la compagnie, transpose pour la scène l’œuvre de Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, dite « Le Grand Verre », tableau animé dont les différents éléments sont disséminés et recomposés dans un espace décentré. Pour servir la chorégraphie, les éléments du tableau sont peints sur différents cubes mobiles en plastique transparent, entre lesquels évoluent les danseurs. Ils sont rassemblés à la fin de la pièce de façon à reconstituer le tableau. Le titre Walkaround Time fait référence au jargon informatique renvoyant à l’époque où les programmateurs faisaient les cent pas en attendant que leur machine géante ait terminé le travail. Il évoque aussi Marcel Duchamp «qui, d’après Merce Cunningham, donnait toujours l’impression d’être une personne dotée d’un sens extraordinaire de quiétude, comme si les jours pouvaient s’écouler. Je voulais voir si je pouvais percevoir ce sens du temps1 »
Le temps est un élément important de cette œuvre. Duchamp décrit Le Grand Verre comme «le retard en verre», un retard renvoyant, dans ce cas, à la mariée et aux célibataires attendant de consommer leur désir sexuel, ce qui ne se produit jamais.2 […] Walkaround Time est divisé en sept parties, chacune durant environ sept minutes. La séquence d'ouverture est construite à partir de mouvements empruntés aux exercices d'échauffement de la technique Cunningham, comme un "ready-made" chorégraphique. «J'ai commencé par des mouvements simples, très lents, sans idées préconçues, en partant juste du mouvement. J'ai décidé que la danse serait très longue et divisée en deux parties. J'y ai intégré beaucoup d'allusions à Duchamp et à son œuvre, mais je ne le signale jamais à personne parce que ça complique. Le concept de "ready-made " par exemple. Un "ready-made" est un objet qui existe déjà et qu'on réutilise. C'est pourquoi le ballet comporte des éléments qui apparaissent parfois, et qui reviennent. »  

Walkaround Time
Walkaround Time 10 images