Communiqué du 8 septembre 2017

À Pierre Bergé

12/07/1989 - Pierre Bergé en compagnie de Carlos Ott, architecte de l'Opéra Bastille
© Michel Szabo
29 août 2017 PREMIERE SOIRÉE - 40 ANS -40% After-party avec Trax Magazine et NsDos 11 septembre 2017Les adieux de Laëtitia Pujol, danseuse Étoile

Hommage de l’Opéra national de Paris

C’est avec une profonde tristesse que l’Opéra national de Paris, son Président du conseil d’administration Bernard Stirn, son Directeur général Stéphane Lissner, et l’ensemble de ses collaborateurs, ont appris la disparition de Pierre Bergé, leur Président d’honneur.

Tous, nous nous rappelons que le Président de la République François Mitterrand lui avait, en 1988, confié les rênes de notre maison, avec pour mission première d’ouvrir l’Opéra Bastille quelques mois plus tard, le 13 juillet 1989. S’il avait été ainsi choisi, c’est au moins autant pour ses qualités de dirigeant visionnaire, convaincu de la pertinence de ce nouvel opéra, que pour son amour de la musique, des lettres, des arts.

Homme d’exception, ouvert à toutes les expressions artistiques, d’une curiosité insatiable, parfois radical dans ses choix, Pierre Bergé n’a jamais cessé de soutenir notre institution et, de cela, nous lui serons toujours reconnaissants.

Pour les trente ans de l’Opéra Bastille en janvier 2019, le choix des Troyens d’Hector Berlioz dirigé par Philippe Jordan, à la tête des choeurs de l’Opéra et de notre orchestre que Pierre Bergé aimait tant, devait souligner l’hommage de l’Opéra de Paris souhaité par Stéphane Lissner pour Pierre Bergé. Dans seize mois, ce spectacle sera donné en son honneur.

En tournée partout dans le monde, à Paris bien sûr, à Bastille comme au Palais Garnier, Pierre Bergé était notre premier spectateur inconditionnel, dont la chaleur des applaudissements était toujours remarquée.
Tout récemment, il avait été très enthousiaste lors de la première de Così fan tutte que nous reprenons la semaine prochaine. Ce spectacle de rentrée lui sera dédié.
Par les spectacles que nous donnons, par les lieux qu’il a fréquentés si souvent et que les équipes de l’Opéra font vivre au quotidien, sa mémoire restera vivante.
L’histoire de l’Opéra de Paris, la grande comme la petite, est intimement liée aux engagements de cet homme à la personnalité extraordinaire.