Information spectateurs

En savoir plus

Liliana Faraon
Soprano

Choeurs de l’Opéra
© Julien Benhamou / OnP

Née à Iasi en Roumanie, Liliana Faraon a suivi pendant 10 ans des études musicales intensives (violoncelle, piano, chant lyrique, formation musicale, musique de chambre, orchestre symphonique, harmonie, contrepoint) au Collège National des Arts « Octav Bancila ». Elle poursuit ses études de chant en France et obtient la Médaille d’or au CNR de Lyon (prof. Jacqueline Nicolas) et le Premier Prix à l’unanimité en cycle supérieur au Conservatoire National de Toulouse (prof. Andréa Guiot). Elle a complété sa formation avec les masterclass de Teresa Berganza, Ileana Cotrubas, Hakan Hagegard, David Pitmann Jennings et Christine Schweitzer.
Sélectionnée au Concours Opéralia « Placido Domingo » à Puerto Rico, lauréate des Concours Internationaux de chant de Toulouse, Marseille, Les Voix d’Or, elle finit par remporter en 2004 le Grand Prix et le prix du public à Marmande, le Premier Prix Honneur à l’UFAM à Paris et en 2007 les prix Opera et Oratorio au Concours International de Clermont-Ferrand.
A la scène, après des débuts au Capitole de Toulouse aux côtés de Roberto Alagna dans la production de Rigoletto, Liliana Faraon est invitée à l’Opéra Comique de Paris pour le rôle d’Adèle de Formoutiers (Le Comte Ory). Suite à son grand succès, le directeur Pierre Médecin lui propose d’intégrer la jeune troupe où elle a interpreté: Amina (La Sonnambula), Rosina (La Finta Semplice), Bubikopf (l’Empereur d’Atlantis), Ciboletta (Une nuit à Venise). Suivent des nombreuses invitations sur des scènes prestigieuses en France et à l’étranger (Hong Kong, Suisse, Allemagne, Portugal, Espagne, Italie, Corée du Sud, Puerto Rico, Roumanie..). 
Parmi les 50 rôles chantés pendant 25 ans, le plus importants sont: la Reine de la Nuit, Pamina (Die Zauberflöte), Gilda (Rigoletto), Leïla (Les pêcheurs de perles), Rita (Donizetti), Despina (Cosi fan tutti), La Fée (Cendrillon de Massenet), Nannetta (Falstaff), Olympia (Les Contes de Hoffmann), Zétulbé (Le Calife de Bagdad de Boieldieu), Marzia (Catone in Utica de Vivaldi), Amour et Fatime (Les Indes Galantes), Le Feu et le Rossignol (l’Enfant et les sortilèges), Rosine (Un mari à la porte), Chouchou (Die Kathrin), La Folie et Clarine (Platée), Laura (Romeo und Julie de Benda), Najade (Ariadne auf Naxos), Urgande et Coryphée (Amadis de Gaule de JC Bach), Yniold (Pelleas et Mélisande), Frasquita (Carmen).…
Elle a fréquenté également le grand répertoire d’oratorio : Elias et Deuxième Symphonie de Mendelssohn, Messe Solennelle et Stabat Mater (Rossini), Messiah, Theodora (Haendel), IXème Symphonie et Le Christ au Mont des Oliviers (Beethoven), Die Schöpfung (Haydn), Oratorio de Noël (Saint Saëns), Stabat Mater (Pergolesi), Requiem de Fauré et de Rutter, Carmina Burana (Orff) cantates de Bach, Messe en Ut et airs de concert de Mozart… sous la direction de brillants chefs d’orchestre tels que Michel Plasson, John Nelson, Lawrence Foster, Jean-Claude Malgoire, Giuliano Carella, Marco Guidarini, Christian Ciuca, Friedemann Layer, Maurizio Arena, Arie van Beek…
Enregistrements: Catone in Utica(Vivaldi) et Falstaff (Salieri) chez Dynamic, Joseph Merrick dit Elephant Man (Laurent Petitgirard) chez OSF Production, Amadis de Gaule (JC Bach) chez Ediciones Singulares, Intégrale de mélodies de Debussy chez Ligia.

Depuis juin 2016, Liliana Faraon est artiste titulaire du Choeur de l’Opera National de Paris.

À retrouver dans

Haut de Page