Dmitri Chostakovitch Compositeur

Biographie

Dmitri Chostakovitch est né en 1906 à Saint‑Pétersbourg. C’est dans cette même ville, appelée successivement Petrograd, puis Leningrad, qu’il a fait ses études et a été témoin de la Première Guerre mondiale, des deux épisodes de la Révolution russe de 1917 et des premières années du régime soviétique. Et c’est là qu’il connut ses premiers succès de jeunesse : Symphonie n°1, créée en 1926, puis jouée à Berlin sous la direction de Bruno Walter, musique de ballet, de film, opéra d’une modernité provocatrice (Le Nez). Mais en 1936, au sommet de la terreur stalinienne, le compositeur fut accusé d’écrire une musique qui offensait les valeurs de la société soviétique et il fut publiquement critiqué et humilié. L’année suivante, pourtant, il répondit à ses critiques par l’une de ses œuvres les plus importantes : sa Cinquième Symphonie. En 1940, «réhabilité», il obtint pour son Quintette pour piano et cordes le Prix Staline. Le rayonnement de sa musique allait encore gagner en intensité avec sa Symphonie n°7, dite «Leningrad», dont les trois premiers mouvements furent composés en temps de guerre, au début du cauchemar sanglant du siège de Leningrad par les nazis en 1941. Après la Seconde Guerre mondiale, Chostakovitch s’installa à Moscou, où, pendant les dernières années de la tyrannie stalinienne, il fut victime, en 1948, d’une seconde campagne officielle de condamnation publique et d’avilissement. Pendant ces années, Chostakovitch se dirigea de plus en plus vers l’intimité de la musique de chambre, et tout particulièrement vers le quatuor à cordes. À la fin des années 1950, la réputation du compositeur changea de nouveau et il devint une figure totémique de la culture soviétique officielle. Il accepta même de rejoindre le Parti Communiste, une décision qui lui valut l’approbation officielle et un nouveau statut, mais qui lui fit perdre la sympathie et le soutien de certains de ses collègues et de ses admirateurs au sein même du monde musical russe. Durant les dernières années de sa vie, Chostakovitch, malade, écrivit une musique dépouillée, mélancolique, insaisissable, qui reflètesans doute ses regrets et ses expériences. Il est mort à Moscou en 1975.

À l’affiche

Haut de Page