Communiqué du 20 mars 2017

Disparition de la danseuse et chorégraphe américaine Trisha Brown

© Anne Ray
20 mars 2017Run My City va démarrer son premier parcours parisien par le Palais Garnier 24 mars 2017Tous à l'Opéra

Stéphane Lissner, Aurélie Dupont et l’ensemble du personnel de l’Opéra national de Paris ont la tristesse d’apprendre la disparition de la danseuse et chorégraphe américaine Trisha Brown survenue le 18 mars 2017 à l’âge de 80 ans.
Stéphane Lissner et Aurélie Dupont saluent la grande figure de la danse post-moderne qui fut l’une des personnalités centrales de la scène artistique new-yorkaise jusqu’à ce jour.

Née en 1936 à Aberdeen, dans l’Etat de Washington, Trisha Brown étudie la danse classique, les claquettes et le jazz. Diplômée du Mills College (technique Graham) à Oakland, en Californie, elle rejoint New York en 1960, où elle étudie avec Merce Cunningham et participe aux ateliers de Robert Dunn. Elle y rencontre les pionniers de ce qui sera appelé la « postmodern dance » américaine avec lesquels elle fonde, en 1962, le « Judson Dance Theatre », mouvement d’avant-garde minimaliste qui regroupe danseurs, peintres, musiciens et chorégraphes.
Les propositions radicales et très libres du groupe ébranlent les codes et les conventions du spectacle et oeuvrent pour le décloisonnement des arts, impulsant de nouveaux processus créatifs. Trisha Brown expose ses recherches dans des lieux inédits, telles ses « danses antigravitationnelles » qui explorent les murs des gratte-ciels newyorkais.
Ses pièces, qui impliquent le public, utilisent l’improvisation, la répétition de mouvements naturels ou quotidiens, sans musique, ni effets de costumes et de lumières. En 1970, elle crée sa propre compagnie et défriche de nouveaux territoires, envisageant son oeuvre par cycles dont chacun inaugure une nouvelle pensée du mouvement. Elle élabore ainsi des langages spécifiques, complexes, mathématiques, mais toujours « basés sur les chemin naturels du corps », instituant un vocabulaire fluide aux accents de liberté.
Après avoir longtemps privilégié le silence – mettant en valeur la seule musicalité du mouvement – Trisha Brown entame dans les années 1990 de nouveaux cycles axés sur les relations entre danse et musique. Artiste plasticienne reconnue, elle présente également ses dessins et performances dans les galeries en Europe et aux Etats-Unis. Elle a créé une centaine d’oeuvres chorégraphiques entre 1961 et 2011.
Depuis 2003 l’Opéra national de Paris a engagé une collaboration régulière avec la chorégraphe, faisant entrer Glacial Decoy au répertoire (en 2003), puis en l’invitant à créer O złożony / O composite (2004). Cette relation s’est poursuivie en 2006 avec la venue de la Trisha Brown Dance Company au Palais Garnier, et avec la mise en scène de l’opéra de Salvatore Sciarrino Da gelo a gelo (2007).

Trisha Brown est décédée vendredi 18 mars 2017 à San Antonio (Texas).