FR EN

Jacquelyn Wagner
Soprano

Artiste de la saison 19/20

Après ses études à la Manhattan School of Music et à l’Université d’Oakland (Michigan), Jacquelyn Wagner fait ses débuts dans la troupe du Deutsche Oper de Berlin où elle aborde les grands rôles de son répertoire (Pamina de La Flûte enchantée, la Comtesse des Noces de Figaro, Micaëla de Carmen, Musetta de La Bohème…). Elle est invitée sur les scènes de Francfort (la Comtesse), Toulon (Agathe du Freischütz), Miami (Donna Anna de Don Giovanni), Dresde (Micaëla), Genève (Fiordiligi de Così fan tutte), Stuttgart, à l’Opéra de Flandre, à l’Opéra de Marseille, etc. Au cours de la saison 2017/2018, elle chante Alice (Falstaff) à l’Opéra de Flandre, les Quatre derniers Lieder de Strauss au Gran Teatre del Liceu de Barcelone et elle fait ses débuts dans les rôles de Leonore (Fidelio) à Saint-Gall et la Maréchale (Le Chevalier à la rose) au Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf.
Elle a interprété le rôle-titre d’Arabella à l’Opéra national d’Amsterdam et au Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf, Pamina et Fiordiligi (Così fan tutte) à l’Opéra national de Paris, Eva (Les Maîtres chanteurs de Nuremberg) et Leonore (Fidelio) à la Scala de Milan, le rôle-titre de Giovanna d’Arco à Bonn, Vitellia (La Clémence de Titus) à l’Opéra national du Rhin, une version de concert de Feuersnot au Carnegie Hall de New York, la Comtesse des Noces de Figaro au Staatsoper de Hambourg, Mimì (La Bohème) à l’Opéra de Cologne, Donna Anna au Bayerische Staatsoper de Munich et au Deutsche Oper de Berlin, Desdemona (Otello) à Düsseldorf, Violetta (La Traviata) à Berlin, Leonore au Semperoper de Dresde, le rôle-titre d’Euryanthe au Theater an der Wien. Elle a fait ses débuts au Festival de Pâques de Salzbourg 2019 dans Les Maîtres chanteurs de Nuremberg.

Projets :

Agathe (Le Freischütz) à l’Opéra de Zurich, Rosalinde (La Chauve-souris) au Deutsche Oper de Berlin, Tatiana (Eugène Onéguine) à Barcelone, le rôle-titre d’Alcina à Düsseldorf, des concerts avec l’Orchestre Philharmonique de Munich (Valery Gergiev) et au Konzerthaus de Vienne (Philippe Jordan).  

À retrouver dans