Anne Teresa De Keersmaeker
Chorégraphe

Artiste de la saison 18/19
© Anne Van Aerschot

En 1980, après des études de danse à l'école Mudra de Bruxelles, puis à la Tisch School of the Arts de New York, Anne Teresa De Keersmaeker, née en 1960 à Malines en Belgique, marque les esprits avec sa première composition chorégraphique Fase, Four Movements to the Music of Steve Reich. En 1983, elle établit à Bruxelles sa compagnie de danse Rosas dont l’œuvre fondatrice Rosas danst Rosas, fusionnant gestes quotidiens et mouvement formel abstrait, révèle une signature chorégraphique innovante.

En 1992, Rosas est choisie comme compagnie résidente au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. En découle une collaboration artistique mais aussi intellectuelle et pédagogique : en 1995, Anne Teresa de Keersmaeker y fonde une école de danse contemporaine, P.A.R.T.S. qui s’est imposée comme le principal centre européen de formation de chorégraphes et de danseurs avant-gardistes.

Jusqu’en 2007, Anne Teresa de Keersmaeker développe à La Monnaie un vaste corpus de spectacles qui confrontent la danse avec des partitions musicales de toutes les époques. Des œuvres comme Drumming (1998) et Rain (2001), sur des musiques de Steve Reich, deviennent emblématiques de l’identité de Rosas. Elle créé de vastes pièces d’ensemble (Toccata en 1993 sur la musique de J.S. Bach ; Verklärte Nacht en 1995 sur la musique de Schönberg), s’aventure vers le théâtre et le texte (I said I en 1999, In real time en 2000) et intensifie le rôle de l'improvisation dans ses créations en travaillant à partir de musique indienne ou de jazz – (But If a Look Should) April Me (2002) ; Bitches Brew / Tacoma Narrows (2003). Anne Teresa de Keersmaeker dirige également plusieurs opéras à La Monnaie.

En 2008, la création de The Song, plus bâtie autour du silence et de l'espace scénique qu’autour de la musique, marque un tournant dans son travail. Le diptyque En Atendant et Cesena joue quant à lui avec la lumière et le temps. En 2013, elle revient à la musique de J.S. Bach dans Partita 2 et explore la musique du XXe siècle avec Vortex Temporum sur l’œuvre éponyme de Gérard Grisey puis Golden Hours (As you like it) en 2015 sur l’album de Brian Eno. La chorégraphe poursuit également sa recherche du lien entre texte et mouvement dans Die Weise von Liebe und Tod des Cornets Christoph Rilke (2015), création basée sur le texte éponyme de Rainer Maria Rilke. Sa dernière création Mitten wir im Leben sind/Bach6Cellosuiten (2017) a été réalisée en partenariat avec le violoncelliste Jean-Guihen Queyras.

A l'Opéra de Paris : Rain (2011), Quatuor n°4, Die Grosse Fugue et Verklärte Nacht (2015), Drumming Live (2017), Così fan tutte (2017).

À retrouver dans