De l’enfant prodige à l’artiste accompli

De l’enfant prodige à l’artiste accompli

De l’enfant prodige à l’artiste accompli

De Camille Saint-Saëns, l’histoire retient l’œuvre foisonnante et prolixe du compositeur, mais il a d’abord été un enfant prodige, aussi doué la plume à la main qu’au clavier du piano ou de l’orgue.
Le pianiste va dominer son instrument pendant près de 80 ans d’une carrière ininterrompue, suscitant l’admiration du public par sa virtuosité, la justesse de ses interprétations et sa prodigieuse mémoire. À l’orgue, il est réputé autant pour le génie de ses improvisations que pour son aisance à utiliser toutes les ressources de ces grands instruments nouvellement construits par Aristide Cavaillé-Coll. Il devient titulaire de l’orgue de la Madeleine en 1857 et en démissionnera 20 ans plus tard pour poursuivre sa carrière de concertiste. Mais lorsque l’on acquiert si jeune une telle renommée de virtuose, la voie de la composition est plus difficile à suivre et il faut conquérir sa place. Pourtant, dès l’âge de 15 ans, Saint-Saëns compose des ouvrages de grande envergure, déjà remarqués, et continuera à enrichir tous les genres musicaux avec des chefs-d’œuvre dont le succès ne s’est jamais démenti.
Saint-Saëns est aussi très présent dans la vie musicale de son époque. Son énergie, sa facilité d’expression et un goût certain pour la polémique font de lui le porte-parole d’une génération de compositeurs qui peine à se faire entendre et qu’il rassemble en fondant la Société nationale de musique en 1871. Il est élu à l’Institut de France en 1881 et prendra très à cœur ses devoirs de membre de l’Académie des Beaux-arts.

Haut de Page