Covid-19 : Annulation de la saison 19/20

En savoir plus

Expositions

I. Les premières années

Patrice Chéreau naît le 2 novembre 1944 à Lézigné, dans le Maine-et-Loire. Il grandit à Paris, rive gauche, non loin du pont des Arts. Sa mère est dessinatrice et son père peintre. Tous deux lui font découvrir très tôt les musées, au premier rang desquels le Louvre. Chéreau résumera : « ma formation était picturale et mon début lié à la peinture ».

Vers l’âge de douze ans, il commence à assister à des représentations théâtrales. Pendant sa scolarité au Lycée Louis-Le-Grand, il fréquente la cinémathèque et prend part au groupe théâtral du lycée ; il joue comme figurant, règle des scènes de duels et participe à la confection des décors et des costumes. C’est en 1964 que Patrice Chéreau réalise sa première mise en scène : LIntervention de Victor Hugo. En 1967, il monte Les Soldats de Jakob Lenz, qu’il qualifiera de « faux opéra » dans la mesure où il choisit d’y utiliser un orchestre en fosse. La découverte d’un enregistrement de La Traviata fait naître en lui le désir de travailler pour la scène lyrique.

Dès cette époque, la peinture influe sur sa façon de concevoir l’espace, de l’organiser, de rendre lisibles les événements qui s’y déroulent. Les primitifs italiens et flamands — Bosch et Brueghel en particulier – le fascinent, ainsi que les grands peintres du XIXe siècle français, au premier rang desquels Géricault. Attentif à des peintres moins connus, il s’éprend également de Monsù Desiderio, de ses architectures en ruine et de ses paysages apocalyptiques.
Les premières années
Les premières années 2 images
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+