Informations sur la mise en place du pass sanitaire

En savoir plus

Xavier Ronze
Costumier

Artiste de la saison 21/22

Après une formation à l’école ESMODParis (École Supérieure des Arts et Techniques de la Mode), Xavier Ronze entre à l’Atelier tailleur de l’Opéra Garnier en 1991. Promu chef d’Atelier en 2001, il prend la responsabilité du Service costumes de danse de l’Opéra national de Paris en 2009. Il crée ainsi pour le chorégraphe Bruno Bouchées costumes de Ça manque d’amour (2015) et de Undoing world pour le spectacle Bertaud / Bouché / Paul / Valastro (2017). L’entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris de l’acte III de Raymonda en 1997 constitue sa première création costumes pour l’École de danse. En décembre 2017, il signe avec le chorégraphe Alexander Ekman les costumes pour Play et en novembre 2020 ceux de Clouds Inside de Tess Voelker pour le spectacle Créer aujoiurd'hui. En janvier 2018, dans le cadre de Suresnes cité Danse, Andrew Skeels lui confie la création des costumes de Finding now. En 2019, il conçoit les costumes de Bout of the imperfect Pearl (chorégraphie de Melissa Hough) pour le Ballet national de Norvège à l’Opéra d’Oslo et les costumes de Maria de Buenos Aires, opéra chanté et dansé pour le Ballet du Rhin, (chorégraphie de Matias Tripodi), créé à Mulhouse. Il créé également les costumes pour Mon premier Lac des Cygnes au Théâtre Mogador (direction artistique de Karl Paquette et chorégraphie de Fabrice Bourgeois). Xavier Ronze collabore par ailleurs à de nombreuses productions de théâtre, comme costumier et réalisateur de costumes, avec les metteurs en scène Richard Brunel, Jacques Lassalle, Zabou Breitmann, Yasmina Réza Stéphane Roussel ou Youssef Bouchiki : Tryptique de trois farces de Ramon del valle Inclan (Théâtre de l’Esplanade de Saint Etienne, 1995), L’Opéra des gueux de John Gay (Théâtre de la Renaissance à Oullins, 1998), Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa de Jacques Gamblin (Théâtre de Chalonsen-Champagne, 2007) ainsi qu’à Paris, au théâtre de l’Athénée (Arthur Schnitzler, Anatole, 2003 ; August Strinberg, La Danse de mort, 2004), au théâtre de l’Atelier (Rolland Topor, L’Hiver sous la table, 2004), de la Madeleine (James Lord, La Bête dans la Jungle, 2004), au Théâtre Antoine (Yasmina Réza, Les Dieux du carnage, 2008), au Théâtre des Bouffes du Nord (Henrik Ibsen, La Dame de la mer, 2012) et à l’étranger au Théâtre national du Luxembourg (Stéphane Roussel, Sylvia von Harden, Monocle, 2010).  

À retrouver dans

Haut de Page