Présentation d’un pass sanitaire valide obligatoire

En savoir plus

Tomasz Konieczny
Baryton-basse

Artiste de la saison 21/22

Né à Lodz (Pologne), Tomasz Konieczny a tout d’abord été acteur. Parallèlement, il commence à étudier le chant à l’Académie Frédéric Chopin de Varsovie, puis à la Hochschule für Musik de Dresde dans la classe de Christian Elssner. En 1998, il est vainqueur du Concours International de Carlsbad. En 1997, il fait ses débuts à l’Opéra de Poznan dans le rôle de Figaro des Noces de Figaro. En 2002, il intègre la troupe du National Theater de Mannheim, puis, de 2006 à 2014, il fait partie de la troupe du Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf/Duisbourg, En 2004, il reçoit le prix Arnold Petersen, destiné à récompenser les jeunes talents. Il est régulièrement invité par le Festival Wagner de Budapest, où il a chanté Amfortas (Parsifal), Wotan et le Wanderer (le Ring) et Kurwenal (Tristan et Isolde) sous la direction d’Adam Fischer. En 2008, il fait ses débuts au Semperoper de Dresde dans le rôle d’Alberich (le Ring) sous la direction de Peter Schneider et au Teatro Real de Madrid (Kolenaty de L’Affaire Makropoulos). C’est aussi dans le rôle d’Alberich qu’il fait ses débuts au Deutsche Oper de Berlin deux ans plus tard. En 2012, il fait ses débuts au Festival de Salzbourg dans le rôle de Stolzius des Soldats de Zimmermann. En 2015, il aborde le rôle-titre de Wozzeck à l’Opéra de Chicago. Il est depuis 2009 un invité régulier du Staatsoper de Vienne, où on a pu l’entendre dans les rôles d’Alberich, Wotan, Jochanaan (Salomé), Telramund (Lohengrin), Mandryka (Arabella), Jack Rance (La Fanciulla del West), Amfortas, le Hollandais, Scarpia (Tosca), Cardillac, Pizarro (Fidelio), Kurwenal. En 2017, il chante Telramund à l’Opéra national de paris. Au cours des récentes saisons, il a fait ses débuts à la Scala de Milan (le Commandeur de Don Giovanni), à la Canadian Opera Company de Toronto (Mandryka), au Théâtre du Capitole de Toulouse (Wotan), au New Nationa Theatre de Tokyo (les quatre diables des Contes d’Hoffmann), au Festival de Bayreuth (Telramund), au Metropolitan Opera de New York (Alberich) et au Teatro Real de Madrid (Wotan).

À retrouver dans

Haut de Page