Richard Hudson Décorateur
Artiste de la saison 21/22

Biographie

Né au Zimbabwe, Richard Hudson a fait ses études en Angleterre, à l’Ecole des Arts de Wimbledon. Il a été nommé « British Scenography Commissioner » par l’Organisation internationale des scénographes, techniciens et architectes de théâtre. Il a reçu le Tony Award 1998 et le « Critics Circle Design Award 2000 » pour ses décors de la comédie musicale The Lion King, présentée à Broadway, Tokyo, Londres, Toronto, Los Angeles, Osaka et Hambourg. Il travaille fréquemment avec le metteur en scène Graham Vick (Eugène Onéguine, La Dame de pique, Manon Lescaut, Così fan tutte, Les Noces de Figaro, Don Giovanni au Festival de Glyndebourne, Ernani au Staatsoper de Vienne, Les Maîtres chanteurs et La Veuve joyeuse au Covent Garden de Londres, La Dame de pique au Lyric Opera de Chicago, Tamerlano au Teatro Comunale de Florence, Manon Lescaut à Lisbonne, Simon Boccanegra à Turin, L’Affaire Makropoulos à Copenhague, La Bohème à Athènes). Il a également collaboré avec David Pountney (Guillaume Tell et La Force du destin au Staatsoper de Vienne, Benvenuto Cellini à Zurich, Divorzio all’italiana de Giorgio Battistelli à Nancy, L’Enlèvement au sérail à Rome), Francesca Zambello (Of Mice and Men de Carlisle Floyd au Festival de Bregenz 2001, Peter Grimes à Amsterdam), Robert Carsen (Lucia di Lammermoor à Munich). Il a travaillé avec Andrei Serban pour plusieurs pièces de théâtre à Londres, Les Vêpres siciliennes à l’Opéra national de Paris et Les Contes d’Hoffmann à Vienne. Plus récemment, il a dessiné les costumes de Mort à Venise à Toronto, La Nuit de Gutenberg (création de Philippe Manoury) à Strasbourg, Terre et cendres (création de Jérôme Combier) à l’Opéra de Lyon et Les Pêcheurs de perles à l’Opéra Comique (mises en scène de Yoshi Oïda) et les décors et les costumes d’Armida au Metropolitan Opera de New York (mise en scène de Mary Zimmermann) et L’Or du Rhin à Palerme (Graham Vick). Il a remporté la Médaille d’Or de la Quadriennale de Prague en 2003 pour ses décors de Tamerlano à Florence.

Haut de Page