Philippe Jaroussky
ContreTénor

Le contre-ténor Philippe Jaroussky a conquis une place prééminente dans le paysage musical international, comme l’ont confirmé les Victoires de la Musique (« Révélation Artiste lyrique » en 2004 puis « Artiste Lyrique de l’Année » en 2007 et 2010) et, récemment, les prestigieux Echo Klassik Awards en Allemagne, lors de la cérémonie 2016 à Berlin (« Chanteur de l’Année »).
Avec une maîtrise technique qui lui permet les nuances les plus audacieuses, Philippe Jaroussky a investi un large répertoire dans le domaine baroque, des raffinements du Seicento italien avec des compositeurs tels que Monteverdi, Sances ou Rossi jusqu’à Haendel ou Vivaldi. Philippe Jaroussky a aussi exploré la mélodie française, accompagné du pianiste Jérôme Ducros. Le domaine contemporain prend également une place croissante dans son répertoire, avec la création d’un cycle de mélodies composées par Marc-André Dalbavie sur des sonnets de Louise Labé, et l’opéra Only the Sound Remains de Kaija Saariaho (création mondiale à l’opéra d’Amsterdam en mars 2016). Philippe Jaroussky est sollicité par les meilleures formations baroques actuelles et collabore avec les plus grands chefs d’orchestre. En 2002, il fonde l’Ensemble Artaserse, qui se produit partout en Europe.
Détenteur d’une discographie impressionnante, Philippe Jaroussky a pris une part importante dans l’Édition Vivaldi du label Naïve aux côtés de Jean-Christophe Spinosi et l’Ensemble Matheus. Depuis plusieurs années, Philippe Jaroussky entretient également, pour ses disques-récitals, des relations étroites avec Erato-Warner Classics, son label exclusif, pour lequel il a signé des disques tous distingués par la critique.
Après une résidence d’un an pour la saison 2016-2017 à la nouvelle Philharmonie de l’Elbe et une participation remarquée à son concert d’ouverture, Philippe Jaroussky se consacrera à une vaste tournée dédiée à Haendel à l’automne 2017, avec plus de 25 concerts. Il reprendra également Alcina et endossera en fin de saison le rôle-titre d’Orfeo de Gluck au Théâtre des Champs-Élysées.

À retrouver dans