Michael Jarrell
Compositeur

© C. Daguet-Editions Henry Lemoine

Né à Genève le 8 octobre 1958, Michael Jarrell étudie la composition dans la classe d’Eric Gaudibert au Conservatoire de Genève et lors de divers stages aux États-Unis (Tanglewood, 1979). Il complète sa formation à la Staatliche Hochschule für Musik de Freiburg im Brisgau, auprès de Klaus Huber.
Entre 1986 et 1988, il séjourne à la Cité des arts à Paris et participe au stage d’informatique musicale de l’Ircam. Il est ensuite pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 1988 / 89, puis membre de l’Istituto Svizzero di Roma en 1989 / 90. Depuis 1982, son œuvre a reçu de nombreux prix : Prix Acanthes (1983), Beethovenpreis de la Ville de Bonn (1986), Prix Marescotti (1986), Gaudeamus et Henriette Renié (1988), Siemens-Förderungspreis (1990). Il reçoit le Prix Musique de la Ville de Vienne en 2010 (Musikpreis der Stadt Wien) et en 2017 le Prix de la Fondation Leenaards.
D’octobre 1991 à juin 1993, il est compositeur résident à l’Orchestre de Lyon. 

Depuis 1993, il est professeur de composition à l’Université de Vienne. En 1996, il est accueilli comme « compositeur en résidence » au Festival de Lucerne, puis est invité au Festival Musica Nova Helsinki, qui lui est dédié en mars 2000. En 2001, le Festival de Salzbourg lui passe commande d’un concerto pour piano et orchestre (Abschied). La même année, il est nommé Chevalier des Arts et des Lettres. En 2004, il est nommé professeur de composition au Conservatoire supérieur de Genève. À l’occasion des 85 ans de Pierre Boulez, en 2010, Michael Jarrell compose La Chambre aux échos pour l’Ensemble Intercontemporain dirigé par Susanna Mälkki. L’année 2012 voit la création, à Salt Lake City et Lyon, de son concerto pour violoncelle Emergences (Nachlese VI), écrit pour Jean-Guihen Queyras, ainsi que de Nachlese Vb : Liederzyklus pour soprano et ensemble, à Genève et New York. En 2013, il compose Siegfried, nocturne, pour baryton et ensemble, créé à Genève avec Bo Skovhus. Il a collaboré avec des artistes tels que François Leleux, Isabel Faust, Ilya Gringolts ou encore Tabea Zimmermann. Sa dernière œuvre pour ensemble, Un temps de silence, a été créée en juin 2017 à la Philharmonie de Berlin, avec Emmanuel Pahud (flûte). 

À retrouver dans