Martin Homrich
Ténor

© DR

 Martin Homrich a fait ses débuts dans les troupes du Staatsoper de Hambourg et du Semperoper de Dresde, où il a chanté Tamino (La Flûte enchantée), Titus (La Clémence de Titus), Don Ottavio (Don Giovanni), Belmonte (L’Enlèvement au sérail), Ferrando (Così fan tutte), Flamand (Capriccio), Tom Rakewell (The Rake’s Progress), Macduff (Macbeth), Hans (La Fiancée vendue), Max (Der Freischütz). Depuis 2009, il mène une carrière indépendante et se produit sur les scènes du Staatsoper et du Deutsche Oper de Berlin, du Aalto Theater d’Essen, du Staatsoper de Hambourg, du Landestheater d’Innsbrück, du Staatstheater de Kassel, du Staatstheater de Wiesbaden, de l’Opéra de Zurich, de l’Opéra de Wuppertal, de l’Opéra de Cologne, du Bayerische Staatsoper de Munich, du Staatsoper de Vienne, de la Scala de Milan, du Novaya Opera Theatre de Moscou, de l’Opéra national de Paris (le Chanteur italien du Chevalier à la rose en 2006), de l’Opéra national de Prague, de l’Opéra de Rome. Il a été invité aux festivals de Schwetzingen, Schleswig‑Holstein, Ludwigsburg et Richard Strauss de Garmisch-Partenkirchen. Il a chanté sous la direction de chefs d’orchestre comme Daniel Barenboim, Marek Janowski, Armin Jordan, Zubin Mehta, Donald Runnicles, Ulf Schirmer, Peter Schreier, Stefan Soltesz, Simone Young. On a pu l’entendre récemment dans les rôles du Prince (L’Amour des trois oranges) à Wiesbaden, Edmund (Lear), Narraboth (Salomé) et Steva (Jenůfa) à Hambourg, Erik (Le Vaisseau fantôme) à Hambourg et Zurich, l’Empereur (La Femme sans ombre) au Musiktheater de Revier Gelsenkirchen, Max (Der Freischütz) à Limoges, Florestan (Fidelio) à Rio de Janeiro.