FR EN

Mario Martone
Metteur en scène

© DR

Né en 1959 à Naples, Mario Martone est un réalisateur, scénariste et metteur en scène italien. Dans les années 90, il fait partie avec des réalisateurs tels qu’Antonio Capuano, Pappi Corsicato, Toni Servillo et Paolo Sorrentino d’une nouvelle vague napolitaine cinématographique. Des films comme Théâtre de guerre (1999) ou la fresque historique Frères d’Italie (2013) interrogent la place de la violence et de l’art dans la société. Le réalisateur développe un discours personnel sur l’Italie en s’intéressant aussi à des personnalités telles que Renato Caccioppoli, savant et mathématicien napolitain qui se suicida en 1959 dans Mort d'un mathématicien napolitain (1992) ; ou le poète et philosophe Giacomo Leopardi, romantique et précurseur de l'existentialisme dans Leopardi Il Giovane Favoloso (2015), en compétition à la 71e édition du festival international du film de Venise.

Mario Martone est aussi un homme de théâtre. Après avoir assisté à une représentation d’Einstein on the Beach de Bob Wilson en 1979, il décide de fonder sa première compagnie théâtrale, Falso Movimento, aux côtés notamment d’Andrea Renzi. En 1986, la compagnie de Mario Martone fusionne avec la compagnie Teatro dei Mutamenti dirigée par Antonio Neiwiller et le Teatro Studio de Caserte dirigé par Toni Servillo entraînant la création du collectif Teatri Uniti. Leurs spectacles renouvellent la culture théâtrale italienne et rencontrent un succès mondial, à l’instar de leur Trilogia della villeggiatura de Carlo Goldoni (co-production avec le Piccolo Teatro de Milan). Par ailleurs, les artistes de Teatri Uniti ont collaboré avec d’importantes institutions musicales telles que La Fenice de Venise, le Sao Carlos de Lisbonne et le San Carlo de Naples.

Mario Martone fait ses débuts de metteur en scène d’opéra en 1989 pour la création mondiale de Charlotte Corday sous la direction musicale de Roberto Abbado, commande du Teatro dell'Opera de Rome au compositeur Lorenzo Ferrero à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française. Il dirige lors de la saison 2010/11 Cavalleria Rusticana et Pagliacci au Teatro alla Scala à Milan sous la direction de Daniel Harding et Falstaff au Théâtre des Champs Elysées à Paris. En 2012, il fait ses débuts au New National Theatre de Tokyo avec Otello, monte Il combattimento di Tancredi e Clorinda à Rome, Matilde di Shabran au Festival Rossini de Pesaro et retrouve Roberto Abbado avec une production de Don Giovanni pour la Fondation Petruzzelli à Bari. Il fait ses débuts à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège lors de la saison 2013/14 avec Fidelio sous la direction musicale de Paolo Arrivabeni. Lors de la saison 2015/16, il monte Macbeth au Théâtre des Champs-Elysées et sa production des Nozze de Figaro fait le tour de l’Italie. Il fera ses débuts à l’Opéra national de Paris lors de la saison 2016/17 avec une nouvelle production mêlant Cavalleria Rusticana de Pietro Mascagni et Sancta Susana de Paul Hindemith.