Marco Goecke
Chorégraphe

Né à Wuppertal, en Allemagne, Marco Goecke a d’abord étudié à l’Académie de danse Heinz-BoslStiftung de Munich, puis au Conservatoire royal de La Haye. Diplômé en 1995, il intègre le Staatsoper im Schiller Theater de Berlin, avant de poursuivre sa carrière au Théâtre Hagen. Il y fait ses débuts en tant que chorégraphe avec Loch en 2000. Il crée par la suite plusieurs chorégraphies pour la Société Noverre de Stuttgart et sera chorégraphe invité du New York Choreographic Institute. Il réalise Mopey pour le New York City Ballet (2004), ainsi que Sweet Sweet Sweet pour le Ballet de Stuttgart (2005). Cette compagnie le nomme chorégraphe résident pour la saison 2005-2006. Sa relecture de Casse-Noisette (2006) ouvre la voie à une période très créative avec Alben (2008), Fancy Goods (2009), Orlando (2010), in sensu (2011), Black Breath (2012), Dancer in the Dark (2012) et On Velvet (2013). Ses spectacles en solo, Äffi et Mopey, sont entrés au répertoire du Ballet de Stuttgart et du Scapino Ballet Rotterdam.
Avec plus de soixante chorégraphies représentées à travers le monde, Marco Goecke a répondu à des commandes de nombreuses compagnies, telles que le Ballet de Hambourg, le Ballet de Leipzig, le Nederlands Dans Theater, le Ballet national de Norvège, le Pacific Northwest Ballet, Les Ballets de Monte-Carlo, le Berlin State Ballet, la Sao Paulo Companhia de Dança et le Ballet de Zurich. Après avoir été chorégraphe résident au Scapino Ballet Rotterdam de 2006 à 2012, Marco Goecke devient chorégraphe associé au Nederlands Dans Theater en 2013. Sa dernière création pour la compagnie s’intitule Hello Earth.
Marco Goecke a reçu de nombreux prix internationaux, tels que le Prix Dom Pérignon de Hambourg (2003), le Prix de la Culture de l’Etat de Baden Württemberg (2005), les Prix Nijinski de Monte-Carlo (2006) et Zwann (2015). Il est élu Chorégraphe de l’Année 2015 par le magazine spécialisé TANZ. Sa chorégraphie Nijinski, créé pour Gauthier Dance à Stuttgart, lui vaut le prix Danzadanza (2017). Marco Goecke est invité pour la première fois à l’Opéra national de Paris.  

À retrouver dans