Julien Behr
Ténor

© DR

Né à Lyon, titulaire d’un Master de Droit, Julien Behr est nommé « Révélation artiste lyrique » de l’ADAMI en 2009 et fait partie des trois nommés dans la catégorie « Révélation artiste lyrique » aux Victoires de la musique classique 2013. En 2009, il fait ses débuts internationaux au Festival d’Aix-en-Provence dans le rôle d’Orphée (Orphée aux Enfers). Depuis, on a pu notamment l’entendre dans les rôles de Tamino (La Flûte enchantée) au Théâtre de Saint-Gall en Suisse, à l’Opéra de Rouen, au Grand Théâtre de Bordeaux et pour ses débuts à l’Opéra national de Paris, Ferrando (Così fan tutte) à l’Opéra de Nancy, Arbace (Idomeneo) au Mozartwoche à Salzbourg et au Theater an der Wien, le rôle-titre d’Abu Hassan de Weber à l’Opéra de Besançon, Acis (Acis et Galatée) au Festival d’Aix-en-Provence et au Teatro La Fenice de Venise, Gonzalve (L’Heure espagnole) au Barbican Center de Londres, Camille de Rosillon (La Veuve joyeuse) à l’Opéra d’Avignon, Antonin (Ciboulette) à l’Opéra Comique, le Pilote (Le Vaisseau fantôme) à l’Opéra Royal de Versailles.
Il a participé à la création de Quai Ouest de Régis Campo à l’Opéra du Rhin. En concert, il s’est notamment produit avec Les Musiciens du Louvre Grenoble dans un programme Gluck / Mozart donné à Salzbourg et à Grenoble en 2014, l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre national des Pays de la Loire, Les Siècles, le BBC Symphony Orchestra à Londres, l’Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, l’Akademie für Alte Musik de Berlin sous la direction de chefs d’orchestre tels qu’Alain Altinoglu, René Jacobs, Samuel Jean, Fayçal Karoui, Marc Minkowski, Raphael Pichon, Josep Pons, Jérémie Rhorer, François-Xavier Roth, Leonard Slatkin, Sébastien Rouland. Julien Behr est parrain en France de l’association « El Sistema », qui s’est donnée pour mission d’aider les enfants en difficulté par une pratique musicale intensive.

Projets : Ernesto (Don Pasquale) à l’Opéra de Rennes, Don Ottavio (Don Giovanni) à l’Opéra de Cologne, Jaquino (Fidelio) aux Wiener Festwochen, Gonzalve (L’Heure espagnole) en version de concert avec l’Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Charles Dutoit, Nadir (Les Pêcheurs de perles) à l’Opéra de Nuremberg.