Information spectateurs

En savoir plus

Julia Rutigliano
Mezzo-soprano

© Holger Borggrefe

Né à Würzburg, Julia Rutigliano a fait ses études avec Daphne Evangelatos à la Haute Ecole de Musique et à Académie August Everding de Munich. Elle remporte le Premier Prix du 25e Concours Robert Stolz à Hambourg, le Prix Karl Böhm pour la meilleure interprétation mozartienne au Concours Ferruccio Tagliavini et, en 2014, elle reçoit le Prix de la Culture décerné par la ville de Würzburg. Elle commence sa carrière dans les troupes de Nuremberg, Bonn et Brauschweig où elle interprète des rôles comme Olga d’Eugène Onéguine, Donna Elvira de Don Giovanni, Suzuki de Madame Butterfly, Hermia du Songe d’une nuit d’été, Aksinya de Lady Macbeth de Mzensk, Orlofski de La Chauve-souris. Elle chante le rôle-titre de Carmen au Seefestspiel de Berlin dans la mise en scène de Volker Schlöndorff et à Varsovie (Opera Narodowa), Charlotte (Werther), Octavian (Le Chevalier à la rose), Gertrud (Hänsel et Gretel) à Weimar, le rôle-titre de La Favorite à Cottbus, le rôle-titre de Hedda Gabler de Georges Dousis à Athènes. Le répertoire wagnérien constitue aujourd’hui son domaine de prédilection. En 2013, elle chante Siegrune de La Walkyrie sous la direction de Zubin Mehta au Maggio Musicale Fiorentino et au Palau de les Arts de Valence et elle fait ses débuts au Festival de Bayreuth dans le Ring mis en scène par Frank Castorf et dirigé par Kirill Petrenko (Wellgunde et Siegrunde). L’année suivante, elle interprète le rôle de Brangäne (Tristan et Isolde) à Florence. Elle chante Siegrune au Semperoper de Dresde sous la direction de Christian Thielemann, au Staatsoper de Berlin (Daniel Barenboim) et au Concertgebouw d’Amsterdam (Valery Gergiev), Wellgunde à l’Elbphilharmonie de Hambourg (Marek Janowski), au Konzerthaus de Dortmund et au Festival de Baden-Baden (Thomas Hengelbrock), Grimgerde (La Walkyrie) à Pékin (Jaap van Zweden) dans une coproduction avec le Festival de Pâques de Salzbourg. Elle se produit aussi en concert (Requiem de Verdi, Symphonie n°2 de Mahler, Te Deum de Bruckner, Messe du couronnement de Mozart).

Débuts à l’Opéra national de Paris

À retrouver dans

Haut de Page