Covid-19 : Annulation de la saison 19/20

En savoir plus

Jules Massenet
Compositeur

Jules Massenet est né le 12 mai 1842 à Montaud, près de Saint-Etienne. Formé à la musique par sa mère, qui donnait des leçons pour équilibrer le budget familial, Massenet entre très jeune au Conservatoire où, après avoir étudié le solfège, le piano et l’harmonie, il intègre en 1861 la classe de composition d’Ambroise Thomas. Il publie une Grande Fantaisie de concert sur le Pardon de Ploërmel, sur un thème de Giacomo Meyerbeer, et reçoit en 1862 un second Prix de fugue et de contrepoint. En 1863, il obtient le Grand Prix de Rome avec sa cantate David Rizzio et s’installe, pour deux ans, à la Villa Médicis, où il écrit nombre d’esquisses qui constitueront le germe de ses futures œuvres. Il rencontre Franz Liszt, qui lui confie quelques-uns de ses élèves de piano, dont LouiseConstance de Gressy (dite Mlle de SainteMarie, surnommée Ninon par Massenet), qui deviendra son épouse. De cette union, naîtra une fille unique, Juliette, en 1868. La rencontre avec Georges Hartmann, qui sera son éditeur et son mentor, est décisive pour sa carrière. Le 3 avril 1867, est créée à l’Opéra-Comique sa première œuvre lyrique, La Grand’Tante, avec Marie Heilbron dans le rôle-titre. Il gagne rapidement en notoriété, et fait partie des jeunes compositeurs remarqués de Paris.
Il compose vingt-cinq ouvrages lyriques, parmi lesquels on peut citer Don César de Bazan (1872), Le Roi de Lahore (1877), Hérodiade (1881), Manon (1884), Le Cid (1885), Esclarmonde (1889), Werther (1892), Thaïs (1894), Sapho (1897), Cendrillon (1899), Don Quichotte (1910), et près de trois cents mélodies. Très vite, Massenet a fait figure de « compositeur officiel ». En 1878, il est nommé professeur de composition au Conservatoire. Il comptera parmi ses élèves de nombreux compositeurs, dont Alfred Bruneau, Gustave Charpentier, Ernest Chausson, Georges Enesco, Henry Février, Reynaldo Hahn, Charles Koechlin, Albéric Magnard, Max d’Ollone, Gabriel Pierné, Henri Rabaud, Florent Schmitt. Il est élu à l’âge de trentesix ans à l’Académie des Beaux-Arts et il participe à la fondation de la Société Nationale de Musique. Son influence est devenue telle que, pour obtenir le Prix de Rome, certains compositeurs comme Debussy n’ont pas hésité à « massenétiser » leur cantate. Il meurt à Paris le 13 août 1912.