Jorge Lavelli
Metteur en scène

Né à Buenos Aires, Jorge Lavelli est naturalisé français depuis 1977. Metteur en scène de théâtre et d’opéra, ses premières réalisations explorent le répertoire contemporain. Il introduit en France le théâtre de Witold Gombrowicz, dirige les nouvelles pièces d’Arrabal, Copi, Obaldia, Handke, Fuentes, Pinter, Rezvani, Athayde et monte Panizza, O’Neill, Bulatovic, Boulgakov… sans délaisser les classiques tels Sénèque, Calderón, Corneille, Goethe, Tchekhov, Claudel, Lorca, et Shakespeare. En 1969, il crée à Avignon une première forme de « théâtre musical » avec Orden, de Pierre Bourgeade et Girolamo Arrigo et initie un autre pan de travail dédié à l’opéra. Sur les plus grandes scènes internationales, il met en scène des œuvres de compositeurs du XXe siècle (Stravinsky, Bartók, Prokofiev, Richard Strauss, Janácek, Von Einem, Sutermeister, Ohana, Nono, Liebermann), mais aussi les classiques (Faust, Pelléas et Mélisande, Madame Butterfly, L’Enfant et les sortilèges, Œdipus Rex, Dardanus, Salomé, Ariodante à l’Opéra de Paris, où il met également en scène La Célestine de Maurice Ohana et Medea de Rolf Liebermann). Directeur fondateur du Théâtre national de la Colline de 1987 à 1996, il choisit de le consacrer à la découverte et à la création d’auteurs du XXe siècle.
Il a mis en scène la création de l’opéra de Charles Chaynes Cecilia (Monte-Carlo, 2000), Siroe de Haendel (Venise, 2000), L’Ombre de Venceslao de Copi (Théâtre du Rond-Point, 2001), Le Désarroi de Monsieur Peters d’Arthur Miller (Théâtre de l’Atelier, 2002), Babel 46 de Xavier Montsalvatge (Teatro Real de Madrid, 2002), Le Vaisseau fantôme (Teatro di San Carlo, Naples 2003), La Hija del Aire de Calderón (Madrid, 2004), Merlin ou la terre dévastée de Tankred Dorst (Festival Les Nuits de Fourvière, 2005), Chemin du ciel (2007), Le Garçon du dernier rang (2009) et Lettres d’amour à Staline (2011), trois pièces de Juan Mayorga, jeune dramaturge espagnol (Théâtre de la Tempête), Œdipe roi de Sophocle (Festival de Mérida, 2009), L’Avare de Molière (Madrid, 2010), Polieukt de Zygmunt Krauze (création mondiale, Varsovie, 2010, Capitole de Toulouse, 2011), Rienzi (Capitole de Toulouse, 2012), Idomeneo (Teatro Colón de Buenos Aires, 2014), L’Ombre de Venceslao, opéra de Martin Matalon d’après Copi (création mondiale, Opéra de Rennes, 2016, Capitole de Toulouse, 2017), Jenůfa à Santiago du Chili (2017).

À retrouver dans