Jean-Luc Ballestra
Baryton

Artiste de la saison 18/19

Né à Nice, Jean-Luc Ballestra a été pensionnaire pendant deux années du CNIPAL (Centre national d’insertion professionnelle d’artistes lyriques). Il a été désigné « Révélation lyrique de l’Adami » puis « Révélation lyrique de l’année » aux Victoires de la musique classique 2007. Il fait ses débuts sur la scène de l’Opéra de Nice (Mars d’Orphée aux Enfers, Mercutio de Roméo et Juliette, le Maître de musique d’Ariane à Naxos, Ping de Turandot), puis interprète le rôle de Schaunard dans La Bohème à Nancy et Marseille. En 2004, il fait ses débuts à l’Opéra national de Paris dans Dialogues des carmélites. Il chante Johann de Werther et Gubetta de Lucrezia Borgia à Monte-Carlo, Moralès de Carmen à Montpellier, Lescaut (Manon de Massenet et Manon Lescaut de Puccini) à Nice, Haly (L’Italienne à Alger) à Lille, Escamillo (Carmen) avec le Glyndebourne Touring Opera et à l’Opéra de Lille, Gregorio (Roméo et Juliette) au Festival de Salzbourg, Silvio (Pagliacci) au Gran Teatre del Liceu de Barcelone, Pantalon (L’Amour des trois oranges), le Pilote (Tristan et Isolde), Silvano (Un bal masqué), Cyprien dans la création d’Yvonne Princesse de Bourgogne à l’Opéra national de Paris (production qu’il interprète également aux Wiener Festwochen et à La Monnaie de Bruxelles).
Au cours de la saison 2012-2013, il fait ses débuts à l’Opéra de Rome dans Rienzi et au Festival d’Aix-en-Provence dans Rigoletto (Marullo). Les saisons suivantes, il chante Marullo, Leuthold (Guillaume Tell) et Masetto (Don Giovanni) à La Monnaie de Bruxelles, L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges à l’Opéra de Rome sous la direction de Charles Dutoit et à la Scala de Milan sous la direction de Marc Minkowski, Frédéric (Lakmé) et Olivier (Capriccio) à Metz, Albert (Werther) à Rome, Ruggiero (La Juive) et Almaviva (Les Noces de Figaro) à Nice, Ashton (Lucia di Lammermoor) et Conrad von Wenckheim (Les Fées du Rhin) à Tours, Giacomo (Fra Diavolo) à l’Opéra de Rome, Moralès (Carmen), Ramiro (L’heure espagnole) et Marco (Gianni Schicchi) à l’Opéra national de Paris. Il a fait ses débuts américains dans L’Heure espagnole avec l’Orchestre Symphonique de San Francisco. 

À retrouver dans