Informations sur la mise en place du pass sanitaire

En savoir plus

Iñaki Encina Oyón
Chef d'orchestre

© Marine Cessat Begler

Familier d’un répertoire qui va du baroque à la musique contemporaine, Iñaki Encina Oyón s’est fait un nom dans le paysage lyrique français. Elève de Jorma Panula et Enrique García Asensio au Conservatoire supérieur du Pays basque, il intègre en 2005 l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris, où il participe à de nombreuses productions de la maison (Idomeneo, Hippolyte et Aricie). Il dirige également les productions de l’Atelier Lyrique (La Finta Giardinera, L’Isola disabitata). Son parcours culmine avec un concert qu’il dirige au Palais Garnier avec les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris. Iñaki Encina Oyón travaille depuis aux Opéras de Lille, Dijon, Rouen ou Rennes, au Teatro Colón de Buenos Aires et au Japon, où il dirige le Tokyo Metropolitan Orchestra.

Il a participé à la création d’oeuvres lyriques de Xavier Dayer, Kaija Saariaho ou Philippe Fénelon et, en 2016, il est nommé Directeur musical de l’Académie Baroque Internationale du Festival du Périgord Noir où il dirige des oratorios comme San Giovanni Battista de Stradella, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Haendel ou encore Der Tag des Gerichts de Telemann. Sans délaisser le grand répertoire – chef assistant au Teatro Real de Madrid (Iphigénie en Tauride, Norma, Carmen) et au Palais des Arts Reina Sofia à Valence (Turandot) – Iñaki Encina Oyón montre un grand intérêt pour le répertoire inconnu et négligé. Ainsi, il a dirigé Abu Hassan de Weber, Zanetto de Mascagni, Le Consul de Menotti, Vanessa de Barber, Falstaff de Salieri et Athalia de Haendel, en collaboration avec l’Ensemble Diderot. Il est Chef invité principal du Chamber Choir of Europe.

Après ses études de piano et clavecin au Conservatoire Jesús Guridi de Vitoria-Gasteiz, Iñaki Encina Oyón a suivi la classe de perfectionnement de Thérèse Dussaut au Conservatoire de Toulouse où il a obtenu un diplôme de pianiste accompagnateur. La direction d’orchestre constitue l’essentiel de son travail, mais il n’a jamais abandonné le piano et cultive le répertoire du lied, de la mélodie et de la chanson espagnole. Il joue en récital à l’Auditorium du Louvre, l’Amphithéâtre Bastille, l’Opéra de Lille, au Teatro Arriaga de Bilbao et au Teatro de la Zarzuela à Madrid.

Projets :
Les Petites Noces (adaptation des Noces de Figaro) à l’Opéra de Toulon, Alcina à l’Opéra national de Paris.

À retrouver dans

Haut de Page