Ian Burton Dramaturge
Artiste de la saison 22/23

Biographie

Né dans le Yorkshire, diplômé des universités de Leeds et de Bristol, Ian Burton parcourt différents genres en tant que dramaturge et écrivain : livrets d’opéra (Richard III et CO2 de Battistelli, créés respectivement à l’Opéra de Flandre en 2005 et à La Scala de Milan en 2015, The Duchess of Malfi pour l’English National Opera en 2010, Pop’pea au Théâtre du Châtelet en 2012, JJR de Philippe Fénelon à Genève en 2012) ; scénarios de ballets (Cinderella, Northern Ballet Theatre) ; pièces de théâtre (Entering the Whirlpool, 1981, Deranging Angels, 1993, Mask, 1995, Between Two Worlds, 1996, une pièce sur la vie de Chikamatsu, 1997, Men’s Doubles, 1998, The Foot of the Cross, or the Muzzle of a Gun, 2001…) ; théâtre musical (The Wedding of the Moon and Sun d’Eduard Alexander) ; recueils de poésies (Dorset Street, Rouflaquettes). 

Il travaille avec Robert Carsen depuis vingt ans : Candide de Bernstein au Théâtre du Châtelet, à La Scala de Milan et à l’English National Opera, Le Couronnement de Poppée et Rinaldo à Glyndebourne, Mitridate à Bruxelles, Iphigénie en Tauride et Orphée et Eurydice à Chicago, Tannhäuser à Tokyo et à l’Opéra national de Paris, La Traviata à Venise, My Fair Lady au Théâtre du Châtelet, Wozzeck au Theater an der Wien, The Beggar’s Opera au Théâtre des Bouffes du Nord et au Grand Théâtre de Genève… 

Ian Burton est également metteur en scène. En 1994, la province d’Anvers lui a décerné le prix de la meilleure production pour le triptyque d’opéras en un acte de Peter Maxwell Davies Eight Songs For A Mad King, Versalii Icons, Miss Donnithorne’s Maggot. Il a aussi travaillé pour le théâtre de chambre Transparant (Zaide de Mozart, 1995 et Mahagonny Songspiel et Happy End de Weill, 1996) et il a mis en scène un musical à Londres, Frank’s Closet, qui a obtenu le Critic’s Choice dans Time Out

Au cours de la saison 2021-2022, il a signé la dramaturgie d’Alcina à l’Opéra national de Paris, Manon Lescaut au Staatsoper de Vienne, Don Carlo à Essen et Arabella à l’Opernhaus Zurich.

Haut de Page