György Kurtág Compositeur

Biographie

Né le 19 février 1926 à Lugos/Lugoj (Roumanie), György Kurtág commence ses études en 1946 à l’Académie de musique Franz Liszt de Budapest, où il rencontre sa femme, Márta, ainsi que György Ligeti, qui devient un proche ami. Après le soulèvement hongrois de 1956, le séjour de Kurtág à Paris entre 1957 et 1958 revêt une importance capitale pour lui. Il y étudie avec Olivier Messiaen et Darius Milhaud, et travaille avec la psychologue Marianne Stein – une rencontre qui stimule vivement son développement artistique. À cette époque, il découvre également les œuvres d’Anton Webern et les pièces de Samuel Beckett. Le quatuor à cordes qu’il compose en 1959, après son retour à Budapest, marque ce tournant crucial ; il fait de cette pièce son Opus 1.

Entre 1960 et 1968, il travaille comme répétiteur à la Philharmonie nationale de Budapest. En 1967, il est nommé professeur de piano, puis de musique de chambre, à l’Académie de musique Franz Liszt, où il enseigne jusqu’en 1993. Sa renommée internationale commence à s’affirmer avec Messages de feu Demoiselle R. V. Troussova, pour soprano et ensemble de chambre, dont la première a lieu à Paris en 1981. Depuis le début des années 1990, il travaille de plus en plus souvent à l’étranger : il a été compositeur en résidence à l'Orchestre philharmonique de Berlin (1993-1995) et à la Konzerthausgesellschaft de Vienne (1995). Il a ensuite vécu aux Pays-Bas (1996-1998), de nouveau à Berlin (1998-1999) et à Paris (1999-2001). György Kurtág et son épouse se sont installés à Saint-André-de-Cubzac (près de Bordeaux) en 2002, avant de retourner près de Budapest en 2015.

Les compositions antérieures à Stele op. 33, œuvre orchestrale dédiée à Claudio Abbado et à l’Orchestre philharmonique de Berlin, se composent principalement de solos vocaux et de musique de chambre, ainsi que de musique instrumentale, allant de pièces solos à des œuvres pour ensembles de plus grande taille. Depuis l’Opus 33, il a créé un certain nombre de compositions de grande envergure, comme les mises en musique de Beckett ...pas à pas – nulle part... op. 36, et le double concerto ...concertante... op. 42. En 2017, Kurtág a terminé Fin de partie d’après Samuel Beckett, créé en 2018 à la Scala de Milan.

Kurtág a reçu de nombreuses récompenses. Il a notamment été fait Officier des Arts et des Lettres en 1985, a reçu le prix Kossuth du gouvernement hongrois pour l’ensemble de sa carrière en 1996, le prix de musique Ernst von Siemens en 1998. En 2006, il a reçu le prix Grawemeyer pour son œuvre ...concertante... op. 42 pour violon, alto et orchestre, en 2015, le prix Fronteras del Conocimiento de la Fondation BBVA dans la catégorie « Musique contemporaine », puis, en 2020, le prix Rolf Schock de l’Académie royale de Musique de Suède.

Haut de Page