Glyslein Lefever
Chorégraphe

Glyslein Lefever était destinée à travailler pour la scène : depuis l’enfance, elle a suivi des cours de théâtre, de danse – du classique au hip hop. Le bac danse s’est ensuite naturellement imposé, en formation classique au Centre international Rosella Hightower à Cannes. Sa rencontre avec Blanca Li en 1994 est déterminante : interprète puis collaboratrice, elle l’assiste depuis à la mise en scène et à la chorégraphie (Robot, Le Jardin des Délices, Elektro Kif, Bagdad Café, Corazon Loco, Macadam Macadam, Poeta en Nueva York, Solstice au Théâtre National de Chaillot). Elle fait de nombreux séjours à Los Angeles pour y découvrir de nouveaux styles, en plus d’intégrer la Classe Libre du cours Florent où elle rencontre Éric Ruf.
Elle participe depuis à ses créations comme comédienne et/ou comme chorégraphe : Du désavantage du vent, Les Belles Endormies du bord de scène au CDN de Lorient, Le Pré aux clercs à l’Opéra Comique Peer Gynt et Roméo et Juliette à la Comédie-Française et Pelléas et Mélisande au Théâtre des Champs-Élysées. Comme danseuse elle collabore également avec Philippe Decouflé, Redha, Kamel Ouali. Glyslein Lefever n’a pas de frontières, elle travaille tous les styles.
Elle chorégraphie également pour le cinéma : Iris de Jalil Lespert, Pourquoi tu pleures de Katia Lewkowicz... Et aussi pour de nombreux spectacles dont La Double Inconstance et La Ronde mis en scène par Anne Kessler à la Comédie-Française, Le Bonheur, Gospel sur la colline mis en scène par Jean‑Luc Moreau aux Folies Bergères, Cabaret et La Belle de Cadix mis en scène par Olivier Desbordes à l’Opéra de Massy, La Résistible Ascension d’Arturo Ui mis en scène par Katharina Thalbach à la Comédie-Française. 

À retrouver dans