Giacomo Sagripanti
Chef d'orchestre

Artiste de la saison 18/19

Après des études de piano, de composition et de direction d’orchestre, Giacomo Sagripanti se perfectionne dans le répertoire lyrique auprès de Donato Renzetti, Bruno Bartoletti, Renato Palumbo, Gianandrea Noseda et Colin Metters. Il fait ses débuts en Italie et en Allemagne (Festival della Valle d’Itria, Aslico, Théâtre de Lubeck). Il est rapidement invité par les grandes scènes lyriques comme le Semperoper de Dresde (La Cenerentola), La Fenice de Venise (Madame Butterfly), l’Opéra de Zurich (L’Élixir d’amour), le Théâtre Bolchoï de Moscou (Don Carlo), l’Opéra national de Paris (La Cenerentola, I Capuleti e i Montecchi, Werther), la Maestranza de Séville (La Cenerentola), le Palau de les Arts Reina Sofia de Valence (Stabat Mater de Rossini) ainsi que par les grands festivals (Le Barbier de Séville au Festival Rossini de Pesaro et aux Arènes de Vérone). En janvier 2013, il a fait ses débuts aux États‑Unis avec La Cenerentola à l’Opéra de Seattle. Particulièrement apprécié dans le répertoire du bel canto, il dirige également de prestigieuses formations symphoniques comme l’Orchestre de la RAI de Turin, l’Orchestre Philharmonique d’Essen et le Haydn Orchestra de Trente et Bolzano. En mars 2016, il fera ses débuts à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Saint‑Pétersbourg et, en 2017, il dirigera pour la première fois l’Orchestre du Capitole de Toulouse.

Projets :
Le Barbier de Séville, Norma et Le Trouvère au Aalto Theater d’Essen, Le Comte Ory et Le Barbier de Séville à l’Opéra de Seattle, I Capuleti e i Montecchi à l’Opéra d’Oviedo, Un bal masqué au Théâtre Bolchoï de Moscou (2018), ses débuts au Festival de Glyndebourne (Don Pasquale, 2017), au Bayerische Staatsoper de Munich (La Cenerentola, 2017) et au Deutsche Oper de Berlin (Le Trouvère, 2018).

À retrouver dans