Calixto Bieito
Metteur en scène

© Monika Rittershaus

Né à Miranda de Ebro (Burgos) Calixto Bieito a été directeur du Teatre Romea de Barcelone, du Festival International des Arts de Castilla y Léon et du Barcelona International Teatre (Bit). Il fait ses premiers pas dans l’univers du théâtre musical en 1996 lorsqu’il met en scène la zarzuela La Verbena de la Paloma à Barcelone, première expérience suivie par Pierrot lunaire de Schönberg au Teatre Lliure, Carmen au Festival de Peralada, Così fan tutte au Welsh National Opera, Un bal masqué et Carmen au Gran Teatre del Liceu, L’Opéra de quat’sous de Weill/Brecht au Festival grec de Barcelone. Macbeth de Shakespeare au Festival de Salzbourg (2001), Don Giovanni à Hanovre, à l’English National Opera et au Liceu de Barcelone (2002) et L’Enlèvement au sérail au Komische Oper de Berlin (2004) ont établi sa réputation comme l’un des metteurs en scène les plus controversés mais aussi les plus passionnants de sa génération.
Il travaille depuis sur les grandes scènes européennes : Le Trouvère, Cavalleria rusticana, Pagliacci, La Traviata, Wozzeck à Hanovre, Jenůfa, La Fanciulla del West, Le Vaisseau fantôme, Parsifal, Il Trionfo del tempo e del disinganno, Platée, The Fairy Queen au Staatstheater de Stuttgart, Madame Butterfly, Armide, Le Freischütz, Dialogues des carmélites, Gianni Schicchi, Le Château de Barbe-bleue au Komische Oper, Elektra à Fribourg, Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny, Lady Macbeth de Mzensk, Tannhäuser à l’Opéra de Flandre, Don Carlo, Lulu, De la maison des morts, Aida, Carmen, le War Requiem, Così fan tutte à Bâle, Die Soldaten à l’Opéra de Zurich, Les Contes d’Hoffmann et Carmen à Oslo, Fidelio, Boris Godounov et La Juive au Bayerische Staatsoper de Munich, Carmen à San Francisco, Lear et Carmen à l’Opéra national de Paris.
Sa mise en scène de La Force du destin (English National Opera, 2015) sera présentée au Metropolitan Opera en 2017 et à Toronto en 2020. Il travaille également pour le théâtre : Hamlet, La Célestine, Platform d’après Houellebeck au Festival d’Edimbourg, Les Perses d’Eschyle au Festival Mérida, Brand d’Ibsen et Voices de Stemmers au Festival de Bergen. Il est fréquemment invité au National Theatre de Mannheim, au Residenztheater de Munich et au Théâtre national d’Oslo.
En 2009, il a reçu à Bâle le Prix Européen « pro cultura » de la Fondation européenne de la culture.

Projets :
Oresteïa de Iannis Xenakis à Bâle, L’Ange de feu à Zurich, Tosca à Oslo.