Benjamin Bernheim
Ténor

Artiste de la saison 18/19

Le ténor français Benjamin Bernheim étudie le chant au Conservatoire HEM de Lausanne auprès de Gary Magby et il suit les cours et master-classes de Jaume Aragall et de Carlo Bergonzi à l’Accademia Verdiana à Busseto. Après de nombreux succès en tant que membre de la troupe et résident de l’Opéra de Zurich, il enchaîne les débuts dans les grandes maisons d’Europe. Il interprète le rôle de Spakos dans Cléopâtre de Massenet au Festival de Pentecôte de Salzbourg 2012 sous la direction de Vladimir Fedoseiev ainsi qu’au Théâtre des Champs‑Élysées dirigé par Michel Plasson, Agenore dans Il Re pastore de Mozart au Festival d’été de Salzbourg 2012 sous la direction de William Christie, Eginhard de Fierrabras de Schubert au Festival d’été de Salzbourg 2014 (DVD), Tamino de La Flûte enchantée et Erik du Vaisseau fantôme au Semperoper de Dresde, Tebaldo dans I Capuleti e i Montecchi à l’Opéra de Zurich sous la direction de Fabio Luisi (DVD). Il participe au Gala du Festival de Pentecôte de Salzbourg 2016 avec Angela Gheorghiu et Marco Armiliato.
Au cours de la saison 2015 / 2016, il aborde le rôle de Rodolfo dans La Bohême à Zurich, fait ses débuts à l’Opéra national de Paris dans Capriccio (Flamand) et au Semperoper de Dresde dans Arabella (Matteo) sous la direction de Christian Thielemann, qu’il retrouve quelques mois plus tard au Festival de Pâques de Salzbourg pour le rôle de Cassio dans l’Otello de Verdi. Il débute en juin 2016 à la Scala de Milan dans le rôle du Chanteur Italien du Chevalier à la rose dirigé par Zubin Mehta et termine la saison au Festival d’été de Salzbourg dans Thaïs (Nicias). La saison dernière, il interprète Tebaldo, Cassio et Rodolfo à l’Opéra de Zurich, Rodolfo au Semperoper de Dresde et fait ses débuts dans le rôle de Lenski (Eugène Onéguine) au Deutsche Oper de Berlin et dans le rôle-titre de Faust de Gounod à l’Opéra national de Lettonie à Riga.

Projets :
La Bohème au Royal Opera House Covent Garden de Londres, La Traviata au Deutsche Oper et au Staatsoper de Berlin et à l’Opéra de Zurich, ses débuts aux États-Unis dans Faust à Chicago et au Staatsoper de Vienne dans L’Élixir d’amour, récital de Belcanto à la Philharmonie de Paris, Gala Gounod à la Maison de la Radio.

À retrouver dans