FR EN

Antonín Dvořák
Compositeur

Antonin Dvořak est né à Nelahozeves, petit village proche de Prague, le 8 septembre 1841. Dès l’âge de cinq ans, il joue du violon à l’auberge familiale tenue par son père. L’instituteur du village lui enseigne l’orgue, le piano et l’alto. Après avoir étudié à l’école d’orgue de Prague, il entre comme violoniste dans l’orchestre du Théâtre national de Prague, où il reste jusqu’en 1871. Son expérience de musicien d’orchestre lui permet de découvrir de l’intérieur un vaste répertoire classique et contemporain. Il joue notamment sous la direction de Bedřich Smetana et Richard Wagner. De cette période datent ses premières compositions, parmi lesquelles ses deux premières symphonies, ses premières œuvres de musique de chambre et premiers Lieder. De 1871 à 1878, il vit pauvrement comme organiste de l’église St-Adalbert de Prague, se vouant complètement à la composition.
Une rencontre avec Brahms lui permet d’entrer en contact avec l’éditeur Simrock qui publie, à Berlin, en 1878, ses célèbres Danses slaves, qui lui ouvrent les portes du monde entier et en particulier celles de l’Angleterre, où il ira diriger neuf fois et sera même fait docteur honoris causa de l’Université de Cambridge. Dvořak dirige aussi ses œuvres en Allemagne, en Hongrie et en Russie.
Chargé d’honneurs, il est appelé à enseigner au Conservatoire de Prague, mais accepte, dès 1892, une invitation du Conservatoire national de New York, où il professe jusqu’en 1895. À son retour à Prague, il reprend sa chaire au Conservatoire, dont il devient directeur en 1901. Vers la fin de sa vie, il se consacre essentiellement à l’opéra. Il meurt brutalement à Prague le 1er mai 1904, suite à une congestion cérébrale. L’œuvre de Dvořak est abondante et témoigne d’une constante inspiration du folklore tchèque et de l’influence de Brahms et de Liszt. Elle comprend dix opéras (dont Dimitri, Le Jacobin, Le Diable et Catherine), de nombreuses symphonies (dont la fameuse Symphonie n°9, dite « du nouveau monde », composée lors de son séjour aux EtatsUnis), des œuvres religieuses (le Stabat Mater), de musique de chambre, etc. Il a abordé tous les genres, sauf le ballet