Andreas Kriegenburg
Metteur en scène

Né à Magdebourg (ex RDA) en 1963, Andreas Kriegenburg fait ses débuts en tant qu’assistant à Zittau et Francfort en 1984. En 1991, après la chute du Mur, il s’installe à Berlin où il est directeur de la Volksbühne jusqu’en 1996. Sa mise en scène de Woyzeck de Georg Büchner est invitée aux Theatertreffen, festival berlinois célébrant les meilleures productions en langue allemande. De 1997 à 1999, il est directeur du Niedersächsischen Staatstheater à Hanovre puis du Burgtheater de Vienne, qu’il quitte en 2001 pour devenir principal metteur en scène du Thalia Theater de Hambourg. Il y met en scène de nombreuses créations, comme Unschuld et Das letzte Feuer (Prix Faust en 2008) de Dea Loher, mais aussi des pièces du répertoire comme The Crucible (Les Sorcières de Salem) d’Arthur Miller, Les Mains sales de Jean-Paul Sartre (Theatertreffen 2007), De la vie des marionnettes d’Ingmar Bergman, Roméo et Juliette de Shakespeare, Oncle Vanya et Les Trois sœurs (Theatertreffen 2006) de Tchekhov, Faust I (Urfaust) de Goethe, Le Misanthrope de Molière, L’Orestie d’Eschyle (Theatertreffen 2002), Les Niebelungen de Friedrich Hebbel (Theatertreffen 2004), Le Procès de Kafka (Theatertreffen 2009).
Neuf de ses productions ont été invitées aux Theatertreffen de Berlin. Sa mise en scène des Niebelungen remporte en 2005 le Nestroy (la plus prestigieuse distinction théâtrale à Vienne) pour la meilleure production en langue allemande et le 3-Sta Innovation Prize pour sa « contribution visionnaire au théâtre ». Au début de la saison 2009 / 2010, il est nommé directeur du Deutsches Theater de Berlin.
Il y met en scène la création mondiale de Diebe (Voleurs) de Dea Loher, invitée aux Theatertreffen et aux Mühlheimer Theatertage (festival de théâtre contemporain) où elle remporte le Prix du public. La production est nommée au Nestroy Theatre Award.
Le magazine Theater Heute l’a consacré « meilleur décorateur » pour ses productions de Diebe et du Prince de Hombourg. Il fait ses débuts à l’opéra en 2006 avec Orphée et Eurydice de Gluck à Magdebourg. Suivent Wozzeck, la Tétralogie de Wagner, Die Soldaten de Zimmermann au Bayerische Staatsoper de Munich, Così fan tutte, Orlando, Don Giovanni au Semperoper de Dresde, La Femme sans ombre à Hambourg, Otello au Deutsche Oper de Berlin, Tosca à Francfort, Lady Macbeth de Mzensk au Festival de Salzbourg 2017.

Projet :
Babylon de Jörg Widmann au Staatsoper de Berlin. •

Débuts à l’Opéra national de Paris

À retrouver dans