Information spectateurs

En savoir plus

Alex Esposito
Baryton-basse

© Victor Santiago

Né à Bergame (Italie), Alex Esposito reçoit en 2007 le prestigieux Prix Abbiati, décerné par les critiques italiens au meilleur chanteur lyrique de l’année 2006. Il se produit régulièrement dans les grands théâtres lyriques et festivals internationaux (Scala de Milan, La Fenice de Venise, Staatsoper de Vienne, Bayerische Staatsoper de Munich, Deutsche Oper de Berlin, Royal Opera House de Londres, Teatro Real de Madrid, Opéra national de Paris, Festivals de Salzbourg et d’Aix-en-Provence) où il a travaillé sous la direction de chefs d’orchestre comme Claudio Abbado, Antonio Pappano, Myung-Whun Chung, Kent Nagano, Daniele Gatti, Fabio Biondi et avec des metteurs en scène tels Peter Mussbach, Claus Guth, Graham Vick, Damiano Michieletto ou Pierluigi Pizzi. Il a interprété les rôles de Leporello (Don Giovanni) à la Scala de Milan, au Deutsche Oper de Berlin et au Bayerische Staatsoper de Munich, Papageno à la Scala et à Munich (où il a été le premier chanteur italien à interpréter le rôle en allemand), Figaro (Les Noces de Figaro) au Royal Opera House de Londres, à Munich, Bruxelles, Amsterdam et à l’Opéra national de Paris, Guglielmo (Così fan tutte) au Théâtre du Capitole de Toulouse. Il est régulièrement invité au Festival Rossini de Pesaro, où on a pu l’entendre dans La Gazza ladra (Fernando Villabella), La Cenerentola (Alidoro), Moïse en Egypte (Pharaon), L’Italienne à Alger (Mustafa), Le Barbier de Séville (Figaro). En 2016, il a reçu le « Premio d’oro » pour ses prestations à Pesaro. Il a abordé les rôles de Nick Shadow (The Rake’s Progress) et Philippe II (Don Carlo) à La Fenice de Venise et il a récemment interprété Selim (Le Turc en Italie) à la Scala de Milan, les quatre rôles maléfiques des Contes d’Hoffmann à Munich, Stuttgart et au Deutsche Oper de Berlin, Henri VIII (Anna Bolena) et Méphistophélès (La Damnation de Faust) à l’Opéra de Rome, Assur (Sémiramis) à La Fenice, Banco (Macbeth) et Dulcamara (L’Élixir d’amour) au Festival de Macerata, Méphistophélès (Faust) au Deutsche Oper de Berlin et au Théâtre du Capitole de Toulouse, Papageno (La Flûte enchantée) à l’Opéra national de Paris.

À retrouver dans

Haut de Page