FR EN

Naissance d’un Opéra

Retour en images sur la construction de l'Opéra Bastille

Découvrir

Habiller l'Opéra

Exposition événement du 25 mai au 3 novembre 2019 au Centre National du Costume de Scène de Moulins

En savoir plus

Un air d’Italie. L’Opéra de Paris de Louis XIV à la Révolution

Du 28 mai au 1er septembre 2019 au Palais Garnier

En savoir plus

Partenaires majeurs des 350 ans de l'opéra de paris

Partenaires majeurs des 350 ans
de l'opéra de paris

A suivre:

Le jour où Serge Lifar...

Louis-Désiré Véron (1798-1867)

Portrait

Directeurs, maîtres de ballets, metteurs en scène, chorégraphes, architectes… Octave s’est intéressé aux personnalités qui ont marqué l’histoire de l’Opéra qui continue, aujourd’hui encore, à attirer les grands noms de la musique et de la danse.
Portrait de Louis-Désiré Véron, parue dans le journal « Le Courrier de Paris »
Portrait de Louis-Désiré Véron, parue dans le journal « Le Courrier de Paris » © BmO / BnF

Médecin de formation, Louis-Désiré Véron fait fortune en exploitant une pâte pectorale. Délaissant progressivement la médecine, il débute une carrière de journaliste en publiant aussi bien des articles politiques dans le journal La Quotidienne qu’en tenant la rubrique théâtrale dans Le Messager des Chambres. Il fonde, en 1829, la Revue de Paris – prédécesseur de La Revue des Deux Mondes – dans laquelle il inaugure la formule « la suite au prochain numéro » en publiant des romans-feuilletons. Cette revue lui fournit par ailleurs l’occasion de creuser les problèmes artistiques et financiers du théâtre et notamment ceux de l’Opéra… Louis-Désiré Véron est nommé directeur de l’Opéra de Paris le 28 février 1831, poste qu’il occupe jusqu’au 1er septembre 1835. Il devient le premier « directeur-entrepreneur » de cette institution, l'exploitant à son propre compte sous le contrôle du Gouvernement et avec l'aide de ce dernier. Au cours de son mandat, il rassemble les talents de compositeurs tels que Meyerbeer, Auber et Halévy, des librettistes tel Casimir Delavigne. Il promeut de grands chanteurs parmi lesquels Adolphe Nourrit et Cornélie Falcon. La naissance d’un nouveau genre d’opéra - le Grand opéra - marque sa mandature : Robert le Diable, opéra en cinq actes de Giacomo Meyerbeer, sur un livret d'Eugène Scribe et Germain Delavigne, est créé le 21 novembre 1831 dans la salle Le Peletier de l'Opéra de Paris. Ce fut un triomphe qui se répéta à chaque nouvelle représentation. De même, le ballet La Sylphide, créé le 14 mars 1832 par Marie Taglioni sur un livret de Nourrit, obtint un succès permanent. Véron afficha régulièrement Le Comte Ory, La Muette de Portici, Guillaume Tell et remonta des œuvres plus anciennes comme Armide ou La Vestale.

Voir plus

Mécènes des 350 ans de l'Opéra de Paris

  • Mécène de la création de Crystal Pite

  • Mécène du Battle Opéra

  • Mécène des Indes galantes

Avec le généreux concours de

  • Mécène de La Traviata

  • Mécène de la restauration des loges de l'Empereur et de l'Impératrice

  • Mécène principal du Ballet de l'Opéra national de Paris

  • Partenaire Mobilité IT et Expériences Utilisateurs

  • Mécène Services IT

  • Mécène de l'Académie de l'Opéra

Partenaires médias