Agathe Poupeney / OnP

Opéra

Simon Boccanegra

Giuseppe Verdi

Opéra Bastille

du 12 mars au 03 avril 2024

de 32 € à 175 €

3h00 avec 1 entracte

Simon Boccanegra

Opéra Bastille - du 12 mars au 03 avril 2024

Synopsis

Écouter le synopsis

0:00 / 0:00

S’il n’est pas le plus connu des opéras de Verdi, Simon Boccanegra était l’un de ses préférés, au point de le remanier en profondeur 24 ans après sa création à Venise en 1857. Quel destin que celui de Simon Boccanegra ! Cet ancien corsaire élu doge de Gênes, voudrait rétablir la concorde au sein de son Conseil, divisé entre patriciens et plébéiens, et la paix avec Venise, l’éternelle rivale. Mais cet humaniste est aussi rongé par la perte de sa fille, enlevée lorsqu’elle était enfant. Dans ce drame politique et intime, sans doute le compositeur trouvait-il des échos à sa propre vie, lui qui avait contribué à l’unification italienne et perdu ses deux premiers enfants. Musicalement, Verdi a créé un personnage d’une grande richesse psychologique. Une richesse accentuée par la mise en scène de Calixto Bieito qui nous projette dans les pensées de Simon, sans oublier une évocation de la mer – seul endroit où l’ancien corsaire a été vraiment heureux – via la coque d’un immense navire.

Durée : 3h00 avec 1 entracte

Langue : Italien

Surtitrage : Français / Anglais

Voir les actes et les personnages

PERSONNAGES

Simon Boccanegra : Corsaire au service de la république génoise, élu premier doge de Gênes
Jacopo Fiesco : Noble génois en exil, connu également sous le nom d’Andrea

Maria Boccanegra : Fille de Simon Boccanegra, élevée sous le nom d’Amelia Grimaldi
Gabriele Adorno : Gentilhomme génois, amoureux d’Amelia
Paolo Albiani : Courtisan et homme de confiance de Simon
Pietro : Un homme du peuple, complice de Paolo

Première partie

Gênes, au milieu du XIVe siècle.

Prologue
Patriciens et plébéiens se disputent le pouvoir. Paolo et Pietro, meneurs du parti populaire, espèrent remporter la victoire en faisant élire Simon Boccanegra doge de Gênes. Simon, ancien corsaire au service de la République, espère que cette élection vaincra la résistance du patricien Jacopo Fiesco qui lui refuse la main de sa fille Maria. Simon Boccanegra a séduit Maria et un enfant est né de leur union. Depuis, le patricien a séquestré sa fille dans son palais et elle y est morte de chagrin. Lorsque Fiesco quitte son palais et se heurte à Simon, il lui réclame d’abord l’enfant de sa fille Maria. Simon doit avouer qu’il a été enlevé. Fiesco, bouleversé, le laisse pénétrer dans son palais pour qu’il y découvre le cercueil de Maria. Anéanti par la cruauté du destin, Simon quitte le palais. Dehors le peuple acclame le nouveau doge.

Acte 1 : 25 ans plus tard
Dans la maison des Grimaldi, patriciens exilés pour avoir comploté la chute du doge, Amelia Grimaldi attend son bien-aimé Gabriele Adorno. Gabriele, ayant appris que le doge veut marier Amelia à son ami Paolo Albiani, demande au tuteur de la jeune fille, Andrea, de bénir leur union. Celui-ci n’est autre que Fiesco, qui se cache depuis des années sous cette fausse identité. Il ignore qu’Amelia est en réalité sa petite-fille Maria, enlevée lorsqu’elle était enfant et adoptée par la famille Grimaldi.

Simon Boccanegra vient en personne demander la main d’Amelia pour Paolo Albiani et annonce à la jeune fille la réhabilitation prochaine des Grimaldi. Amelia lui confie alors qu’elle n’est pas une Grimaldi de naissance et lui montre un médaillon repré- sentant sa véritable mère qu’elle n’a jamais connue. Le doge y reconnaît celle qu’il a aimée autrefois et comprend qu’Amelia est sa propre fille. Il ne peut plus lui imposer le mariage avec Paolo qui, déçu, jure de se venger.

Pendant les négociations de paix entre Gênes et Venise, la foule mène Gabriele et Andrea/Fiesco devant le doge. Ils annoncent qu’Amelia a été enlevée. Gabriele accuse Boccanegra d’être l’instigateur du rapt. Il lève son épée contre lui, mais Amelia réapparaît : elle est parvenue à échapper à ses ravisseurs. Patriciens et plébéiens s’accusent mutuellement du crime. Boccanegra impose silence à tous, et oblige Paolo à maudire le coupable, tandis qu’Andrea et Gabriele sont emprisonnés.

Deuxième partie

Acte 2 :
Paolo, qui avait ordonné l’enlèvement d’Amelia, s’est donc maudit lui-même. Poussé par sa haine, il verse du poison dans le verre du doge. Il libère Andrea/Fiesco et Gabriele et leur demande de tuer Boccanegra. Seul Gabriele se prête au complot, car Paolo lui a fait croire qu’Amelia est la maîtresse du doge.

Ce dernier, fatigué par les négociations, vide le verre qui contient le poison et s’assoupit. Gabriele sort de sa cachette pour le poignarder. Mais Amelia intervient une nouvelle fois et lui apprend qu’elle est en fait la fille de Boccanegra. Quand l’émeute fomentée par les patriciens éclate, Gabriele se joint au doge et défend le palais contre les assaillants.

Acte 3 :
Gênes fête la victoire de Boccanegra sur les rebelles. Le doge gracie la plupart des meneurs. Seul Paolo est exécuté. En route vers l’échafaud, il confie à Andrea que le doge est empoisonné et mourant. Fiesco, hanté par la vengeance, se présente devant Boccanegra sous son vrai nom, mais le doge le conduit vers Amelia et lui révèle qu’elle est sa petite fille.

Les deux hommes se réconcilient mais le poison commence à agir. Boccanegra bénit le mariage d’Amelia et Gabriele et, avant de mourir, désigne le jeune homme comme son successeur. Jacopo Fiesco annonce la mort de Simon Boccanegra au peuple.

Artistes

Melodramma en un prologue et trois actes (1857)

D'après la pièce d'Antonio Garcia Guttiérrez

Équipe artistique

Distribution

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris
Coproduction avec le Deutsche Oper, Berlin

Galerie médias

[TRAILER] SIMON BOCCANEGRA de Giuseppe Verdi
[TRAILER] SIMON BOCCANEGRA de Giuseppe Verdi
  • Le navire de Simon Boccanegra

    Le navire de Simon Boccanegra

    Voir le diaporama

  • Et vogue l’esprit de Boccanegra

    Et vogue l’esprit de Boccanegra

    Lire l’article

© Elena Bauer / OnP

Voir le diaporama

Rencontre avec José Sciuto, Chef de service adjoint responsable artistique des Ateliers

Le navire de Simon Boccanegra

Par Cyril Pesenti

« La mer est un élément essentiel à l’opéra Simon Boccanegra. Dans la mise en scène de Calixto Bieito, cette mer s’est retirée, laissant derrière elle une immense coque de navire échouée sur la scène. La construction de ce décor a été le fruit d’un travail complexe et minutieux, impliquant la quasi-totalité des corps de métiers des ateliers – bureau d’études, serrurerie, menuiserie, atelier matériaux composites, peinture, sculpture, etc. Il s’agit d’un décor très « technologique » : pour le construire, un scan en trois dimensions de la maquette du bateau, réalisé par l’atelier sculpture, a permis au bureau d’études de concevoir la surface de la coque et sa structure intérieure. À partir de ces éléments, une quantité importante de pièces métalliques a été découpée au laser puis assemblée. Une trentaine de moules a été confectionnée pour la création des tôles de la coque. Ces tôles ont été conçues afin de pouvoir servir de surface de projection à la vidéo, chère au metteur en scène Calixto Bieito. »

© Elena Bauer / OnP

Et vogue l’esprit de Boccanegra

Lire l’article

Entretien avec Calixto Bieito

04 min

Et vogue l’esprit de Boccanegra

Par Marion Mirande, Simon Hatab

D’une grande finesse musicale, Simon Boccanegra est un opéra qui nous fait naviguer dans l’univers du doge génois, un homme politique, anciennement corsaire, transcendé par sa relation avec sa fille. Après ses percutantes mises en scène de Lear d’Aribert Reimann et de Carmen de Georges Bizet, Calixto Bieito revient à l’Opéra de Paris et s’empare de cette œuvre mal connue de Verdi dont il propose une lecture aussi sensible qu’éclairante.

Simon Boccanegra est d’après la pièce éponyme du dramaturge romantique espagnol, Antonio García Gutiérrez. Que reste-t-il du drame chez Verdi ?

L’esthétique romantique fascinait Verdi, celle de Schiller particulièrement, et bien sûr celle ibérique. Dans les sujets abordés par le romantisme espagnol, il trouvait un écho à des situations qui lui étaient familières : l’amour du père pour son enfant, la confrontation avec la mort, la haine et les déchirements entre familles… Des thèmes qui résonnent fortement avec l’histoire passée et présente de l’Espagne. Selon moi, l’œuvre la plus emblématique de l’identité espagnole appartient à la période romantique : le tableau de Francisco Goya Le 2 mai 1808 à Madrid. J’y perçois l’expression de la nature latine, explosive et révoltée. On pourrait croire que les comportements survoltés dont on rend compte au théâtre ou dans les arts participent d’une mythologie et sont exagérés. Or ils ne le sont pas. Cette impétuosité est propre aux Espagnols comme on les rencontre dans les villages notamment, et comme c’est aussi le cas dans la culture italienne, où les émotions sont vécues très intensément, voire déraisonnablement.

Vous aviez précédemment qualifié l’opéra d’œuvre étrange… En quoi l’est-elle ?

Simon Boccanegra diffère sensiblement des autres opéras de Verdi comme Le Trouvère ou La Traviata. Sa musique est bien moins connue… Il s’est ici concentré sur les personnages et leur caractère. Il a cherché à souligner la profondeur de leurs sentiments. Ce qui en fait un opéra très complexe d’un point de vue psychologique, qui pose de nombreuses énigmes sur l’Homme et sa nature. Verdi fait sauter le vernis des apparences pour interroger l’essence des individus et nous révéler leur intimité. Il en va de même dans le traitement de la relation père-fille. Le lien filial apparait dans plusieurs de ses œuvres, mais dans Simon Boccanegra il est plus réfléchi et élaboré.

Comment envisagez-vous les interactions entre la sphère privée et la sphère publique, qui ponctuent l’œuvre du début à la fin ?

À l’origine de la politique de concorde de Simon est l’amour de sa fille, mais aussi sa perte qui le pousse à chercher une harmonie perdue. Une quête qui s’avère malheureusement stérile… La tristesse du personnage résonne avec le monde actuel où la déception envers l’humanité est chaque jour palpable. En plus de transformer le texte de Gutiérrez, l’introduction dans le livret, par Arrigo Boito, de la lettre de Pétrarque appelant à la réconciliation confère à Simon une dimension humaniste. Son exhortation à la paix n’est finalement pas courante dans la bouche des politiciens, du temps de Verdi comme de nos jours.

Simon Boccanegra est une œuvre dans laquelle la mer est omniprésente. Cherchez-vous à donner à l’image maritime une résonance actuelle et politique ?

Pour Simon, la mer est synonyme de liberté. Or la crise des migrants nous rappelle chaque jour combien elle est aussi meurtrière. Mais ce n’est pas une thématique dont j’ai voulu me rapprocher. Ça ne me semblait vraiment pas opportun. J’ai avant tout cherché à explorer ce qu’il y a en Simon, ce que son esprit renferme comme souvenirs, rêves, cauchemars. Il a donc fallu imaginer un espace mental, un refuge, qui lui permet d’échapper à son chagrin, aux zones obscures de son âme, et de retrouver le sentiment de liberté autrefois procuré par la mer.

  • Simon Boccanegra by Giuseppe Verdi (Ludovic Tézier)
  • Simon Boccanegra by Giuseppe Verdi (Maria Agresta)
  • Interview with baryton Ludovic Tézier about Simon Boccanegra
  • Simon Boccanegra (Saison 18/19) - Air d'Amelia Come In Questast's Ora Bruna Acte 1

  • Simon Boccanegra (Saison 18/19)- Air De Gabriele Cielo Pietoso Rendila Acte 2

  • Simon Boccanegra (Saison 18/19)- Air de Simon Plebe Plaritzi Popolo Acte 1

  • Simon Boccanegra (Saison 18/19)- Air d'Amelia et Simon Acte 1

La presse en parle

  • La mise en scène de Calixto Bieito se signale avant tout par son respect de l’œuvre. [...] Les tableaux visuels accompagnent ou amplifient ce que dit la musique, sans s’imposer contre elle.

    Olyrix, 2018
  • À l'Opéra Bastille, Simon Boccanegra convainc par la puissance dramatique de la musique de Verdi.

    L'Humanité, 2018
opera logo
Simon Boccanegra

Regardez en ligne la captation de la saison 18/19 sur Paris Opera Play, avec Ludovic Tézier, Maria Agresta, Mika Kares, Francesco Demuro...

ESSAYEZ GRATUITEMENT Essai gratuit 7 jours

Accès et services

Opéra Bastille

Place de la Bastille

75012 Paris

Transports en commun

Métro Bastille (lignes 1, 5 et 8), Gare de Lyon (RER)

Bus 29, 69, 76, 86, 87, 91, N01, N02, N11, N16

Calculer mon itinéraire
Parking

Q-Park Opéra Bastille 34, rue de Lyon 75012 Paris

Réservez votre place
super alt text
super alt text
super alt text
super alt text

Conçus comme des publications de référence et richement illustrés, les programmes de spectacle peuvent être achetés en ligne, aux guichets, en boutique et dans le hall des théâtres le soir du spectacle.

ACHETER LE PROGRAMME
  • Vestiaires

    Des vestiaires gratuits sont à votre disposition à l’Opéra Bastille et au Palais Garnier. La liste exhaustive des objets non-admis est disponible ici.

  • Bars

    La réservation de boissons et restauration légère pour l’entracte est possible en précommande en ligne jusqu’à 24h à l'avance ou auprès des bars avant le début de la représentation.

  • Parking

    Le parking Q-Park Opéra Bastille est à votre disposition. Il se situe 34 rue de Lyon, 75012 Paris.

    RÉSERVER VOTRE PLACE.

Dans les deux théâtres, des places à tarifs réduits sont vendues aux guichets à partir de 30 minutes avant la représentation :

  • Places à 35 € pour les moins de 28 ans, demandeurs d’emploi (avec justificatif de moins de trois mois) et seniors de plus de 65 ans non imposables (avec justificatif de non-imposition de l’année en cours)
  • Places à 70 € pour les seniors de plus de 65 ans

Retrouvez les univers de l’opéra et du ballet dans les boutiques de l’Opéra national de Paris. Vous pourrez vous y procurer les programmes des spectacles, des livres, des enregistrements, mais aussi une large gamme de papeterie, vêtements et accessoires de mode, des bijoux et objets décoratifs, ainsi que le miel de l’Opéra.

À l’Opéra Bastille
  • Ouverture une heure avant le début et jusqu’à la fin des représentations
  • Accessible depuis les espaces publics du théâtre
  • Renseignements 01 40 01 17 82

Opéra Bastille

Place de la Bastille

75012 Paris

Transports en commun

Métro Bastille (lignes 1, 5 et 8), Gare de Lyon (RER)

Bus 29, 69, 76, 86, 87, 91, N01, N02, N11, N16

Calculer mon itinéraire
Parking

Q-Park Opéra Bastille 34, rue de Lyon 75012 Paris

Réservez votre place
super alt text
super alt text
super alt text
super alt text

Conçus comme des publications de référence et richement illustrés, les programmes de spectacle peuvent être achetés en ligne, aux guichets, en boutique et dans le hall des théâtres le soir du spectacle.

ACHETER LE PROGRAMME
  • Vestiaires

    Des vestiaires gratuits sont à votre disposition à l’Opéra Bastille et au Palais Garnier. La liste exhaustive des objets non-admis est disponible ici.

  • Bars

    La réservation de boissons et restauration légère pour l’entracte est possible en précommande en ligne jusqu’à 24h à l'avance ou auprès des bars avant le début de la représentation.

  • Parking

    Le parking Q-Park Opéra Bastille est à votre disposition. Il se situe 34 rue de Lyon, 75012 Paris.

    RÉSERVER VOTRE PLACE.

Dans les deux théâtres, des places à tarifs réduits sont vendues aux guichets à partir de 30 minutes avant la représentation :

  • Places à 35 € pour les moins de 28 ans, demandeurs d’emploi (avec justificatif de moins de trois mois) et seniors de plus de 65 ans non imposables (avec justificatif de non-imposition de l’année en cours)
  • Places à 70 € pour les seniors de plus de 65 ans

Retrouvez les univers de l’opéra et du ballet dans les boutiques de l’Opéra national de Paris. Vous pourrez vous y procurer les programmes des spectacles, des livres, des enregistrements, mais aussi une large gamme de papeterie, vêtements et accessoires de mode, des bijoux et objets décoratifs, ainsi que le miel de l’Opéra.

À l’Opéra Bastille
  • Ouverture une heure avant le début et jusqu’à la fin des représentations
  • Accessible depuis les espaces publics du théâtre
  • Renseignements 01 40 01 17 82

Découvrez l’opéra et le ballet autrement

QR code

Initiez-vous à l’opéra et à la danse à la croisée des autres arts sur un ton léger et décalé avec aria. Scannez le QR code pour accéder aux quiz et blindtest sur votre mobile.

opera logo

3 min

Simon Boccanegra

Quiz : les opéras de Verdi

Petite plongée en 10 questions dans les opéras de ce compositeur italien iconique !

Découvrir

Plongez dans l’univers Opéra de Paris

Nous suivre

Haut de Page