Tristan et Isolde - Opéra - Programmation Saison 22/23 - Opéra national de Paris

  • Opéra

    Tristan et Isolde

    Richard Wagner

    Opéra Bastille - du 17 janvier au 04 février 2023

    Vincent Pontet / OnP

Voir toutes les informations

Tristan et Isolde

Opéra Bastille - du 17 janvier au 04 février 2023

Opéra

Tristan et Isolde

Richard Wagner

Opéra Bastille - du 17 janvier au 04 février 2023

5h15 avec 2 entractes

Langue : Allemand

Surtitrage : Français / Anglais

  • Première : 17 jan. 2023

À propos

En quelques mots :

Tristan et Isolde est un immense poème lyrique, un chant d’amour et de mort inspiré par la légende médiévale de Tristan et Yseult et la passion que Richard Wagner nourrissait à l’égard de Mathilde Wesendonck, la femme de son riche protecteur zurichois, Otto. Sur le plan musical, l’opéra marque un tournant dans l’œuvre de Wagner et même dans l’Histoire de la musique occidentale pour ses audaces harmoniques, créant ainsi une tension languissante et toujours retardée. Dans cette mise en scène qui a fait date, Peter Sellars pacifie la houle sentimentale des deux héros dans un cadre épuré de toute contingence terrestre. Détachées du plateau, suspendues tel un retable, les vidéos de Bill Viola exposent la quête initiatique des amants pour atteindre le nirvana. L’association de ces deux artistes majeurs donne vie à un objet artistique unique et total.

PERSONNAGES

Isolde : princesse irlandaise
Tristan : chevalier de Cornouailles, neveu du roi Marke
Brangäne : suivante d’Isolde
Kurwenal : écuyer de Tristan
Marke : roi de Cornouailles
Melot : un courtisan
Un berger
Un marin
Le timonier
  • Ouverture
  • Première partie 80 mn
  • Entracte 45 mn
  • Deuxième partie 80 mn
  • Entracte 30 mn
  • Troisième partie 80 mn
  • Fin

La presse en parle

  • Un moment d'ivresse esthétique

    Maurice Ulrich, L’Humanité, 17/09/2018
  • C'est une des plus belles œuvres parmi celles données à l'opéra de Paris ces dernières années

    Maurice Ulrich, L’Humanité, 17/09/2018
  • Tristan et Isolde reprennent la Bastille en une triomphale fusion des éléments

    Olyrix; 2018

Représentations

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Que vous soyez membre ou non, l’Arop - Les amis de l’Opéra vous propose de réserver des places pour toutes les dates de représentation, y compris pour celles non encore ouvertes à la vente ou celles affichant complet.

Audios

Tristan et Isolde (saison 22/23) - Acte 1

Tristan et Isolde (saison 22/23) - Acte 1

Tristan et Isolde (saison 22/23) - Acte 1

Tristan et Isolde (saison 22/23) - Acte 2

Coulisses

  • Mélodie du fond des temps : le cor anglais dans Tristan et Isolde

    Vidéo

    Mélodie du fond des temps : le cor anglais dans Tristan et Isolde

  • Peter Sellars et la musique absolue

    Article

    Peter Sellars et la musique absolue

  • Wagner absolu

    Article

    Wagner absolu

  • Dessine-moi Tristan et Isolde

    Vidéo

    Dessine-moi Tristan et Isolde

  • Dessine-moi Tristan et Isolde

    Vidéo

    Dessine-moi Tristan et Isolde

  • Podcast Tristan et Isolde

    Podcast

    Podcast Tristan et Isolde

© Elisa Haberer / OnP

Mélodie du fond des temps : le cor anglais dans Tristan et Isolde

01’

Vidéo

Mélodie du fond des temps : le cor anglais dans Tristan et Isolde

Entretien avec Peter Sellars et Christophe Grindel

Par Marion Mirande

Dans l’immense et continu flot musical de Tristan et Isolde, Wagner a introduit une partie soliste de cor anglais qui résonne telle une mystérieuse voix. Christophe Grindel, soliste dans l’Orchestre de l’Opéra national de Paris, et Peter Sellars, dont la mythique production est reprise en ce moment-même à l’Opéra Bastille, expliquent la nature de cette page musicale, comparable à une mélodie venue du fond des temps et des êtres.

© Ruth Walz / OnP

Peter Sellars et la musique absolue

Article

Peter Sellars et la musique absolue

Entretien avec le metteur en scène au sujet de Tristan et Isolde

10’

Par Marion Mirande

Il est des productions qui, dans l’histoire de l’opéra, font date. Parmi elles Tristan et Isolde mis en scène par Peter Sellars avec les vidéos de Bill Viola. Créée en 2005 à l’Opéra Bastille, elle est reprise en ce début d'année sous l’œil bienveillant de Peter Sellars lui-même. Grand visionnaire de la scène, il parle de cette œuvre - peut-être le plus grand geste de l’histoire de la musique occidentale – et de ce spectacle, aujourd’hui culte, qui semble concrétiser le rêve wagnérien d’une œuvre d’art totale.    

Quel chemin vous a conduit à Tristan et Isolde ?

Tristan et Isolde est une œuvre qui parle à tous, elle concentre un message universel et tragique : le monde dans lequel nous vivons ne peut nous satisfaire. C’est une pensée profondément bouddhiste qui nous renvoie aux quatre nobles vérités. En prenant conscience de la souffrance, on part en quête d’une libération. Wagner a aussi voulu montrer toutes les variations de l’amour : celui qui élève, qui blesse, qui tue, l’amour après la mort, celui inhérent à la résurrection. À 20 ans, je savais déjà que je voulais travailler sur « Tristan ». J’écoutais en boucle l’enregistrement de Wilhelm Furtwängler sans arriver à saisir pleinement cette musique. C’est une œuvre extrêmement complexe à mettre en scène. Dans les trois actes, l’action réelle survient dans les dernières minutes. Les chanteurs peuvent très bien ne rien faire puisque tout le drame est intériorisé.

Quand on discute avec les chanteurs que vous dirigez, on remarque à quel point ils sont touchés par le fait que vous leur demandiez de la vérité et peu de théâtralité.

Ce qui m’intéresse le plus est l'humain en tant que miracle. Quand j’étais jeune, mes spectacles étaient critiqués pour manquer de théâtralité dans le jeu. Or pour moi, la vie politique l’était bien assez et ça me suffisait ! J’ai donc cherché une forme d'expression qui délaisse la pure théâtralité mais qui mette en avant l’être humain, avec ses fragilités et sa luminosité. Il faut parfois beaucoup de patience et d’implication avant de voir la personne se révéler. Mais cette patience vaut la peine. C’est alors un immense privilège d’assister à cette naissance. Les artistes sont des gens incroyablement généreux et courageux que j’invite à faire des choses très difficiles. Mes spectacles peuvent paraître dépouillés mais ils sont enrichis par la contribution de tous ces artistes. Le fait d’avoir des espaces non illusionnistes mais nus permet de mieux saisir leur présence que je souhaite grande. Si on peut sentir la majesté de la personne, le but est atteint.

Dans « Tristan », votre travail sur l’espace s’étend du plateau à la salle où les chanteurs sont dispersés. C’est une expérience très forte pour le spectateur qui se retrouve enveloppé par la musique.

C’est exactement ça. La musique de Wagner est immersive. On est complètement englouti par cette partition qui est comme une vague océanique. C’est quelque chose qui doit se vivre de l’intérieur. Wagner souhaitait que l’expérience soit totale, qu’on ne puisse pas imaginer un ʽ en dehors ˊ. L’idée de mettre les chanteurs, les artistes des Chœurs, le cor anglais dans la salle vient de là, mais aussi pour éviter qu’on soit face à une simple vie d’écran. Il fallait introduire une dimension dans l’espace sonore. Les vidéos de Bill ont en effet un aspect ʽ plat ˊ... Mais elles sont aussi profondes. Elles nous projettent dans la nature et rendent comptent des sensations éprouvées à son contact. C’est touchant de voir à la Bibliothèque de l’Opéra les maquettes du XIXe siècle.. Les arbres sont peints avec beaucoup de finesse mais sont dénués de vie. Rien ne bouge. Que Bill ait fait entrer la forêt californienne dans ce théâtre, voir les arbres être sensibles au vent, à la lumière, c’est extraordinaire. Il a aussi très bien compris que la forêt n’est pas quelque chose qu’on vit frontalement mais qu’on traverse. Il fallait trouver une façon d’y pénétrer.

Le fait d’avoir les chanteurs à proximité permet aussi de donner une forme intime à cette œuvre aux dimensions musicale et dramatique incommensurables.

Je voulais éviter que les chanteurs soient comme une image distante. Ils devaient être proches de la fosse, proches des spectateurs pour que l’expérience soit sensuelle. On doit pouvoir sentir chaque mot, chaque respiration. L’angoisse des chanteurs doit devenir la nôtre. Mais Wagner a aussi besoin de distance. Pour les appels de Brangäne, cette musique sublime doit être perçue comme si elle venait de la lune. Alors que les deux amants font l’amour, sont coupés du monde, ces appels d’où viennent-ils ? Sont-ils seulement réels ? Leur provenance et leur dispersion dans l’espace doivent être nimbées de mystère. De même que la menace des cors doit être perceptible partout. Au premier acte, le chant des marins qui conduisent le navire nous renvoie au XIXe siècle et au mécontentement sous-jacent d’une classe sociale... On est presque chez les Nibelungen !

Les voix doivent physiquement se trouver dans des lieux où on peut sentir les échos de ces événements. Ils deviennent des espaces de mémoire, prophétiques dans une dramaturgie sans événement.

Comment vous et Bill Viola vous êtes-vous retrouvés associés dans ce projet ?

Je fréquentais Bill depuis longtemps à Los Angeles et espérais l'amener au théâtre. Mais il ne voulait pas s'engager pour la scène qui, à ses yeux, ne peut jamais être aussi propre et ciselée que l’est une œuvre dans un lieu d’exposition. C’est finalement à son invitation, et dans un musée, que nous avons travaillé ensemble pour la première fois, à l’occasion de sa première rétrospective dont nous avons conçu la scénographie. À cette époque, je lisais ses cahiers dans lesquels il annote depuis des années ses pensées et réflexions. Je lui ai proposé de travailler sur « Tristan ». Nous avons beaucoup discuté de l’œuvre. Un jour, il a fermé sa porte et, deux ans plus tard, il présentait cinq heures de vidéo. Ce fut un véritable choc.

On reproche souvent à ses vidéos de phagocyter l’opéra de Wagner, mais on oublie combien elles sont en phase avec le temps dicté par l’action...

Oui. À la différence d’un décor avec des toiles peintes, les vidéos de Bill Viola sont en mouvement. Elles amènent une temporalité qui suit la musique de Wagner. À ce titre, elles sont au ralenti. Ce procédé révèle alors les secondes dans les secondes, les minutes dans les minutes, etc. Seule cette expérience de l’intériorité du temps, comme lors de longs pèlerinages, nous permet d’avoir des révélations, de comprendre l’essence des choses. Chez Wagner, il y a une temporalité très étirée qui dialogue avec une action soudaine qui ne dure que très peu de temps. Il fallait amener cet instant, le rendre étonnant en créant un objet qui, durant 90 minutes, maintient une tension.

De même que les vidéos rendent visuellement compte de la temporalité dramatique de l’œuvre, la musique nous permet d’envisager différemment une œuvre visuelle qu’on a pu voir dans des lieux d’exposition...

Aucune des vidéos exposées n’est comparable à cette expérience. L’œuvre de Bill n’est d’ailleurs pas faite pour être présentée dans un musée ou une galerie de type white cube. Les ambiances nocturnes de nombre de ses pièces confirment qu’elles doivent être entourées d’obscurité. Et « Tristan » est lui-même un poème de la nuit. On peut le comparer à ce moment de prière avant l’aube que l’on retrouve dans la tradition de l’islam, du bouddhisme, chez les moines chrétiens, où le désir est en lutte avec le corps et l’âme.

Vous évoquiez en début d’entretien la dimension bouddhiste de l’opéra - une religion qui intéressait particulièrement Wagner. Pourriez-vous revenir sur l’aspect spirituel de l’œuvre ?

Bill et moi étions particulièrement intéressés par les traditions bouddhistes. Il a pris très au sérieux les étapes qu’on traverse en disparaissant de ce monde : le passage d’un état brûlant à un autre extrêmement froid, les liquides qui s’en vont... On comprend alors ce qui est libéré dans cette lutte. C'est ce que résume le troisième acte. Au bout de quatre heures, la musique devient d'une complexité et d’une tension extrêmes. C’est particulièrement « challengeant » pour les instrumentistes et l’interprète de Tristan de qui on exige une force que personne ne possède arrivé à ce stade. Cette énergie perdue, ils doivent aller la chercher à la source où se trouver un second souffle leur permettant d’achever ce qui semble impossible. Ils sont transcendés. On est alors confronté à la plus belle chose jamais écrite, un monde à la fois sensuel et spirituel qui n’est ni chrétien, ni bouddhiste mais tout ça à la fois. Ceci résume aussi l’œuvre de Bill Viola.

« Tristan » est une œuvre qui, du début à la fin, nous confronte à la mort et nous amène à la regarder différemment…

Complètement. Comment donc mettre en scène cette expérience ? Le troisième acte nous renvoie à la solitude face à la mort. C’est pourquoi j’isole Tristan dans cette expérience. Il est seul sur le lit. Lui et Kurwenal ne se regardent jamais. Ils ne se voient pas, ni ne se touchent. Chacun vit une expérience différente de celle de l’autre. Bien que proches physiquement l’un de l’autre, ils sont déjà très éloignés. Je voulais aussi aborder la question de comment regarder un mort. Quand on se rend compte que le corps n’est plus qu’une coquille. L’être disparaît mais les regards des autres doivent transmettre l’idée qu’il est plus vivant que jamais et, pour la première fois, heureux. Dans le Liebestod, Isolde parle du sourire de Tristan et nous invite à le regarder. Or Tristan n’avait jusque-là jamais souri.

Est-ce pour cela qu’à ce moment, pour la première fois, les chanteurs regardent l’écran où Tristan s’élève ?

Cette image fait référence à la toile du Titien qui obsédait Wagner quand il composait « Tristan »1. De même que dans le tableau, où la Vierge s'élève, portée par un souffle nouveau qui contraste avec le désespoir des gens dans la partie inférieure, Isolde invite ceux qui entourent Tristan, qui sont dévastés, à regarder une autre réalité. Le Liebestod peut être un piège et est souvent traité comme un moment fixe. Musicalement, il nous échappe, rien ne nous a préparés à cette musique. Et rien sur scène ne parvient à égaler ce passage. Or l’apparence que Bill a donné à cette idée de transfiguration est si profonde, si complexe… La rencontre des contraires amène à quelque chose d’extraordinaire. Nous pouvons dire qu’un artiste visuel est parvenu à créer des images aussi transcendantales que l’est la musique de Wagner.


1. L’Assomption de la Vierge, 1518. Wagner alla de nombreuses fois la contempler à Venise, où il composa le deuxième acte de « Tristan ».
Wagner absolu

Article

Wagner absolu

La passion dans Tristan et Isolde

06’

Par Valère Etienne / BmO

Pierre angulaire du répertoire lyrique occidental, Tristan et Isolde occupe en même temps une place à part dans l’œuvre de Wagner comme lieu d’une expression superlative des sentiments humains, comme tentative de dire l’ineffable : « Seul l’amour a la connaissance de soi. […] Son essence est inexprimable, on ne peut en exposer que des mouvements et des variations », affirmait Wagner. Jouer « Tristan » est donc un défi qui impose à l’interprète non pas de montrer la passion mais de la vivre.    

On a volontiers le sentiment, avec Tristan et Isolde, d’être en face d’un absolu wagnérien. Que cela tienne à l’aspect « métaphysique » de son sujet, ou à la relative absence des connotations nationalistes et pangermanistes qui dans beaucoup d’autres opéras de Wagner peuvent rebuter les mélomanes les plus hermétiques à son univers, Tristan a une certaine capacité à mettre tous les amateurs d’accord. Car quelles que soient les sources, nombreuses, auxquelles a puisé Wagner (le poème de Gottfried de Strasbourg, les Hymnes à la nuit de Novalis, Lucinde de Schlegel…), le sujet explore finalement dans toute leur pureté les thèmes les plus simples et les plus universels : l’amour, la souffrance et la mort. Et la passion y est dépeinte de façon si absolue que, comme le disait Romain Rolland, Tristan dépasse tous les autres poèmes de l’amour de la hauteur d’une montagne.

L’amour dans Tristan et Isolde apparaît sous son jour le plus métaphysique, a-t-on dit. On le voit par exemple à la manière dont Wagner traite le thème du philtre, qui n’a plus du tout le même rôle ici que dans le mythe d’origine : le philtre, cette fois, a la fonction d’une métaphore poétique ; il ne déclenche pas l’amour de Tristan et d’Isolde, lequel était déjà présent bien avant que les deux amants ne le boivent. Eût-elle été provoquée par le philtre, la passion n’aurait été qu’une passion relative, qu’un phénomène, intégré au monde matériel et temporel des causes et des effets. Elle existe au lieu de cela par elle-même et hors du temps : plutôt qu'une réalité objective, elle est la façon dont les deux amants voient le monde, elle est leur désir et leur volonté projetés sur le monde (on sait à quel point Tristan est marqué par l'influence de Schopenhauer). C'est dire que l'amour de Tristan et d'Isolde n'a pas besoin d'être mis en scène, comme une action : bien plutôt, il habite les personnages de l'intérieur et se loge au cœur du chant et de la musique. Techniquement, cela se traduit par exemple par un abandon du récitatif, au profit de la mélodie continue : il est moins nécessaire de faire progresser une action que de faire vivre un sentiment.    
Ludwig et Malwine Schnorr von Carolsfeld dans les rôles-titres de Tristan et Isolde lors de la création de l’œuvre à Munich, 1865
Ludwig et Malwine Schnorr von Carolsfeld dans les rôles-titres de Tristan et Isolde lors de la création de l’œuvre à Munich, 1865 © Joseph Albert

Vivre et faire ressentir la passion, plutôt que chercher à la dire ou à la montrer, telle était la grande préoccupation de Wagner dans Tristan, plus que dans aucun de ses opéras précédents. N’écrivait-il pas en 1859 à Mathilde Wesendonck, l’inspiratrice de l’opéra, qu’il voulait faire entendre dans sa musique toutes les subtiles gradations des sentiments humains et leurs sauts incessants d’un extrême à l’autre, indépendants de l’action dépeinte et qu’aucun discours n’est propre à exprimer ? Ainsi pensait-il avoir trouvé l’interprète idéal de Tristan lorsque le ténor Ludwig Schnorr von Carolsfeld, créateur du rôle lors des premières représentations de Munich en 1865, comprenait et incarnait immédiatement sa pensée, sans qu’il eût besoin ou presque de trouver les mots pour la lui faire entendre. « Je lui dis à voix basse qu’il m’était impossible d’exprimer aucun jugement sur mon idéal désormais réalisé par lui, alors son œil sombre étincela comme l’étoile d’amour… Un sanglot à peine perceptible, et plus jamais nous ne prononçâmes un mot au sujet de ce troisième acte ». Carolsfeld était si puissamment habité par le rôle de Tristan et en vivait tellement les passions que Wagner ordonna d’interrompre les représentations de l’opéra après la quatrième, craignant pour sa santé même. « Je crois que je n’avais pas le droit d’infliger à un homme un tel état de trouble », dira-t-il. Et, de fait, le chanteur, âgé de vingt-neuf ans, mourut six semaines plus tard… Wagner, bouleversé, fit le deuil à la fois de son ami et de l'interprétation parfaite de sa musique, que Carolsfeld lui avait fait entrevoir et dont il détenait l'ineffable secret.

« Tristan » apparaît encore chez Thomas Mann, dans sa nouvelle éponyme en 1903, comme l'exemple d'une passion représentée en art de façon si pure qu'on ne peut que la jouer en la vivant de l'intérieur, et non l'exprimer ou la décrire. Ainsi lorsque l'ingénue Gabrielle joue au piano quelques passages parmi les plus mémorables de la partition de Wagner (le prélude, le deuxième acte, la mort d'Isolde), toute la force expressive s'en dégage naturellement. À ses côtés, M. Spinell, fin connaisseur, entame une tirade exaltée qui reprend une partie des formules les plus passionnées utilisées par Wagner dans son livret ; mais ces paroles seules, n'étant pas musique par elles-mêmes, ne paraissent à Gabrielle qu'une rhétorique obscure, qui la laisse perplexe. « Je ne comprends pas tout, monsieur Spinell, il y a beaucoup de choses que je devine seulement. [...] Mais comment se fait-il que, vous qui comprenez cela si bien, vous ne puissiez aussi le jouer ? » demande-t-elle. « Les deux vont rarement de pair », reconnaît alors Spinell, pris au dépourvu. Ce que l'on ne peut désigner par des mots, il nous reste à le vivre et à le jouer : c'est là que commence l’art.    

Dessine-moi Tristan et Isolde

01’

Vidéo

Dessine-moi Tristan et Isolde

Une minute pour comprendre l’intrigue

Par Matthieu Pajot

Tristan et Isolde est un immense poème lyrique, un chant d’amour et de mort inspiré par la légende médiévale de Tristan et Yseult et la passion que Richard Wagner nourrissait à l’égard de Mathilde Wesendonck, la femme de son riche protecteur zurichois, Otto.

Dessine-moi Tristan et Isolde

01:17’

Vidéo

Dessine-moi Tristan et Isolde

Une minute pour comprendre l’intrigue

Par The Motion Fighters

Motivée par l’amour qui lie Richard Wagner à Mathilde Wesendonck, la composition de Tristan und Isolde dépasse le simple geste lyrique. Son livret transcende la légende médiévale en une métaphysique de l’amour avec son pessimisme et ses tensions. Cette houle sentimentale, la mise en scène de Peter Sellars la pacifie dans un cadre quasi immatériel, épuré de toute contingence terrestre. Détachées du plateau, suspendues tels des retables, les vidéos de Bill Viola exposent la quête initiatique des amants pour atteindre le nirvana. L’association de ces deux artistes majeurs donne vie à un objet artistique unique et total.

© Bill Viola

Podcast Tristan et Isolde

Podcast

Podcast Tristan et Isolde

"Dansez ! Chantez ! 7 minutes à l’Opéra de Paris" - en partenariat avec France Musique

07’

Par Nathalie Moller, France Musique

Avec « Dansez ! Chantez ! 7 minutes à l’Opéra de Paris », nous vous proposons des incursions originales dans la programmation de la saison à la faveur d’émissions produites par France Musique et l’Opéra national de Paris. Pour chacune des productions d’opéra et de ballet, Nathalie Moller pour le lyrique et Jean-Baptiste Urbain pour la danse, vous introduisent, avant votre passage dans nos théâtres, aux œuvres et aux artistes que vous allez découvrir.  
  • En partenariat avec France Musique

Quiz

Découvrez l’opéra et le ballet autrement

QR code

Initiez-vous à l’opéra et à la danse à la croisée des autres arts sur un ton léger et décalé avec aria. Scannez le QR code pour accéder aux quiz et blindtest sur votre mobile.

Mécènes et partenaires

  • Avec le soutien de The American Friends of the Paris Opera & Ballet

  • Avec le soutien du Cercle Lully

Services sur place

  • Vestiaires

    Des vestiaires gratuits sont à votre disposition à l’Opéra Bastille et au Palais Garnier. Bagages et sacs de voyage ne sont pas acceptés.

  • Bars

    Des bars proposant boissons et restauration légère sont à votre disposition 45 min avant chaque représentation et pendant les entractes.

  • Boutiques

    Divers ouvrages et accessoires sont disponibles dans nos boutiques : Boutique en ligne et librairie-boutique de l'Opéra Bastille.

    EN SAVOIR PLUS.

  • Places de dernière minute

    Des tarifs réduits préférentiels pour les moins de 28 ans, les demandeurs d’emploi et les seniors de plus de 65 ans sont disponibles. 

    EN SAVOIR PLUS.

  • Parking

    Le parking Q-Park Opéra Bastille est à votre disposition. Il se situe 34 rue de Lyon, 75012 Paris.

    RÉSERVER VOTRE PLACE.

Haut de Page