Lucia di Lammermoor - Opéra - Programmation Saison 22/23 - Opéra national de Paris

  • Opéra

    Lucia di Lammermoor

    Gaetano Donizetti

    Opéra Bastille - du 18 février au 10 mars 2023

    Sébastien Mathé / OnP

Voir toutes les informations

Lucia di Lammermoor

Opéra Bastille - du 18 février au 10 mars 2023

Opéra

Lucia di Lammermoor

Gaetano Donizetti

Opéra Bastille - du 18 février au 10 mars 2023

2h45 avec 1 entracte

Langue : Italien

Surtitrage : Français / Anglais

  • Première : 18 fév. 2023

À propos

En quelques mots :

Dans les collines de Lammermoor, au sud de l’Écosse, Lucia retrouve à chaque aurore un mystérieux jeune homme dont elle est amoureuse : Edgardo, de la lignée des Ravenswood. Mais comme dans Roméo et Juliette de Shakespeare, les amants sont issus de deux familles ennemies et n’ont pas le droit de s’aimer. L’histoire authentique de Janet Dalrymple – qui assassina son mari pendant sa nuit de noces et le paya de sa raison – avait déjà inspiré un roman à Walter Scott. En la mettant en musique, Gaetano Donizetti offre à l’opéra romantique italien l’un de ses emblèmes, avec notamment « l’air de la folie » de Lucia, qui exige de son interprète une technique exceptionnelle et une grande sensibilité dramatique. Il ne manquait plus que le metteur en scène Andrei Serban pour transcender ce moment crucial en une expression de joie libératrice qui rompt les brides d’une société masculine étouffante. 

PERSONNAGES

Lucia Ashton : Secrètement fiancée à Edgardo di Ravenswood, ennemi juré de sa famille
Edgardo di Ravenswood : Opposé à la famille Ashton par de vieilles rivalités
Enrico Ashton : Frère de Lucia, en disgrâce auprès du pouvoir politique
Raimondo : Chapelain des Ashton et précepteur de Lucia
Arturo Bucklaw : Marié à Lucia par Ashton pour des questions d’intérêt
Normanno : Homme de main d’Enrico Ashton
Alisa : Dame de compagnie de Lucia
  • Ouverture
  • Première partie 85 mn
  • Entracte 30 mn
  • Deuxième partie 50 mn
  • Fin

Représentations

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Disponible en audiodescription

Avantages tarifaires

Plus de places disponibles actuellement

Que vous soyez membre ou non, l’Arop - Les amis de l’Opéra vous propose de réserver des places pour toutes les dates de représentation, y compris pour celles non encore ouvertes à la vente ou celles affichant complet.

Audios

Lucia di Lammermoor - Air de la folie

Lucia di Lammermoor - Air de la folie

Lucia di Lammermoor (saison 16/17)- Acte 2

Lucia di Lammermoor (saison 16/17)- Acte 2

Coulisses

  • Une folle joie

    Article

    Une folle joie

© Sébastien Mathé / OnP

Une folle joie

Article

Une folle joie

Le rôle de Lucia

05’

Par Andrei Serban

A l’occasion de la reprise à l’Opéra Bastille de Lucia di Lammermoor, Andrei Serban revient sur sa perception du rôle de Lucia. Loin de se contenter d’une interprétation littérale de l’œuvre, il nous révèle une folie des plus libératrices. 

En me plongeant dans le livret de Lucia di Lammermoor, je ne m’attendais pas à rencontrer une telle expression de liberté et de joie dans l’air de la folie. J’ai d’abord connu Lucia à travers ses grandes interprètes. Des chanteuses qui exprimaient toutes de la tristesse, beaucoup de mélancolie, de la douceur. Elles incarnaient ainsi une idée très romantique de l’héroïne. Une conception du rôle avec laquelle mon travail prend ses distances.

À mes yeux, Lucia est proche de Woyzeck, son contemporain. Comme le personnage de Büchner, elle subit des pressions familiales, sociales et politiques qui l’amènent dans des retranchements dont elle ne peut s’abstraire qu’en tuant. Prisonnière d’un monde masculin dans lequel elle est totalement perdue et terrorisée, manipulée par un frère pervers, Lucia est poussée au crime. Son meurtre, que l’on assimile par facilité à un acte de folie, l’amène à se libérer.

Pour la première fois de sa vie, elle accède à une normalité. Il lui est enfin permis d’utiliser son imagination, de faire preuve de fantaisie, de dialoguer tendrement avec Edgardo dans ses rêves. L’état de joie dans lequel elle bascule brusquement est déstabilisant et attristant pour le spectateur, alors conscient de l’illusion qui la berce. Mais cette illusion est aussi une échappatoire vers un monde voisin de celui de l’Art. Elle devient une sorte d’artiste libre de faire ce qu’elle veut. 

Aussi, avons-nous réfléchi avec William Dudley, le scénographe, à un décor qui permette une expression physique assez poussée. Il est à envisager comme un effondrement, une ruine sur laquelle elle évolue et se dresse, en joie. Sa grande mobilité contraste avec les interprétations de l’air de la folie généralement statiques. « Pourquoi en demander autant à la chanteuse, la musique parle d’elle-même ! », diront les détracteurs de mon spectacle.

Lucia di Lammermoor
Lucia di Lammermoor © Sébastien Mathé / OnP

Nombre de chanteuses arrivent avec leur propre conception du rôle qu’elles ont déjà chanté ou étudié avec leur coach, en postulant que « Lucia » est un opéra romantique et mélancolique. Le tragique qui parcourt la partition justifierait qu’un sentiment de tristesse file le jeu de l’héroïne. Or elles se doivent, je crois, de montrer beaucoup de fraîcheur. J’insiste autant que nécessaire dans le duo de la forêt pour que la soprano sourie et transpire la joie.

Je suis de ces gens absolument convaincus que le théâtre et la musique sont liés. N’importe quel son émis par la voix doit venir du soi profond et ne saurait être produit pour le plaisir de faire du Beau. Dans l’air de la folie, chaque note a une justification. Il est évidemment impensable de demander à la chanteuse de motiver chacune de ses volutes vocales, d’associer chaque note à un état d’âme particulier et personnel. Mais n’oublions pas que ce sont les émotions vécues qui doivent s’exprimer. Plus elles proviendront de l’expérience privée de la chanteuse, plus elles se communiqueront facilement et avec véracité. La musique se contente alors de les soutenir et de redoubler leur universalité. C’est pour moi, qui vient du théâtre, un vrai bonheur de rencontrer des chanteurs qui superposent la partition à leur vie personnelle. À l’opéra, si l’interprète cherche à sonder les profondeurs de la nature humaine, le résultat peut être bien plus fort et intense qu’au théâtre.    

Propos recueillis par Marion Mirande

Nina Minasyan (Lucia)
Nina Minasyan (Lucia) © Sébastien Mathé / OnP

Quiz

Découvrez l’opéra et le ballet autrement

QR code

Initiez-vous à l’opéra et à la danse à la croisée des autres arts sur un ton léger et décalé avec aria. Scannez le QR code pour accéder aux quiz et blindtest sur votre mobile.

Services sur place

  • Vestiaires

    Des vestiaires gratuits sont à votre disposition à l’Opéra Bastille et au Palais Garnier. Bagages et sacs de voyage ne sont pas acceptés.

  • Bars

    Des bars proposant boissons et restauration légère sont à votre disposition 45 min avant chaque représentation et pendant les entractes.

  • Boutiques

    Divers ouvrages et accessoires sont disponibles dans nos boutiques : Boutique en ligne et librairie-boutique de l'Opéra Bastille.

    EN SAVOIR PLUS.

  • Places de dernière minute

    Des tarifs réduits préférentiels pour les moins de 28 ans, les demandeurs d’emploi et les seniors de plus de 65 ans sont disponibles. 

    EN SAVOIR PLUS.

  • Parking

    Le parking Q-Park Opéra Bastille est à votre disposition. Il se situe 34 rue de Lyon, 75012 Paris.

    RÉSERVER VOTRE PLACE.

Haut de Page