MESSAGE AUX SPECTATEURS

En savoir plus
Ballet
07:53
Ashton / Eyal / Nijinski

Sharon Eyal ou la fluidité des corps

Marion Barbeau répète Faunes

Par Antony Desvaux le 02 décembre 2021

Dossier

© Yonathan Kellerman / OnP

À l’occasion de la première création de Sharon Eyal pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, le magazine Octave s’entretient avec la Première danseuse Marion Barbeau. Relecture libre de L’Après-midi d’un faune de Nijinski, cette pièce d’Eyal pour huit danseurs s’intitule Faunes. Marion Barbeau nous partage l’imaginaire que ce ballet déploie, entre figures végétales, animales et humaines. Elle détaille également l’écriture de la chorégraphe, nourrie de la technique gaga, qui lui permet de donner corps à des créatures à la fois nymphes et faunes : une fluidité du masculin et féminin qui fait écho à la temporalité flottante de la partition de Debussy.

Autres articles du dossier

Articles liés

S'abonner au magazine

Inscrivez-vous pour recevoir par email
les actualités d'Octave Magazine.

S'inscrire

Haut de Page