Charles Duprat / ONP

Dates / Prix

Opéra Bastille - Première le 8 avril 2014 - 18h00

Tarifs : 5€, 15€, 35€, 70€, 90€, 115€, 135€, 155€, 180€

Durée : 5H15 avec 2 entractes

avril 2014
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
dim
1
2
3
4
5
6
7
8
18:00
9
10
11
12
18:00
13
14
15
16
17
18:00
18
19
20
21
18:00
22
23
24
25
18:00
26
27
28
29
18:00
30
mai 2014
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
dim
1
2
3
4
14:00
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Fermer


Tristan und Isolde
Richard Wagner
Présentation
À lire avant le spectacle
TRISTAN ET ISOLDE
OPÉRA EN TROIS ACTES (1865)
MUSIQUE DE RICHARD WAGNER (1813-1883)
LIVRET DU COMPOSITEUR
En langue allemande

En 1857, Wagner suspend la composition du Ring, abandonnant Siegfried dans la forêt profonde, pour entreprendre une autre quête. Le compositeur a lu Schopenhauer et laBhagavad-Gıta – percevant dans le renoncement l’ultime moyen de s’affranchir des limites de l’existence – et vit une romance passionnée avec Mathilde Wesendonck. De ces affinités spirituelles et amoureuses naîtra Tristan et Isolde, le récit d’un amour trop grand pour le monde matériel. Pour mettre en musique ce mythe, dans lequel Denis de Rougemont voyait se jouer le destin de l’Occident, Wagner repousse loin les limites de son art : tonalité mouvante, tension languissante, résolution toujours retardée jusqu’à la mort d’amour d’Isolde – « ce souffle du monde auquel elle s’abandonne, ce flot qui l’enveloppe dans lequel elle se noie… »
Sous la direction de Philippe Jordan, cette production de Tristan et Isolde réunit deux grands artistes : le metteur en scène Peter Sellars et le vidéaste Bill Viola. Sur scène, ce dernier a conçu un monde d’images parallèles, une vie par-delà la vie qui est comme « le reflet du monde de l’esprit dans le miroir du temps. »

Philippe Jordan Direction musicale
Peter Sellars Mise en scène
Bill Viola Vidéo
Martin Pakledinaz Costumes
James F. Ingalls Lumières
Patrick Marie Aubert Chef de Choeur
ArtisteNoteRôle
Robert Dean Smith
Tristan
Franz Josef Selig
König Marke
Violeta Urmana
Isolde
Jochen Schmeckenbecher
Kurwenal
Janina Baechle
Brangäne
Raimund Nolte
Melot
Stanislas de Barbeyrac*
Ein Hirt / Ein junger Seemann
Pavol Breslik
(A)
Ein Hirt / Ein junger Seemann
Dietmar Kerschbaum
(B)
Ein Hirt / Ein junger Seemann
Orchestre et Choeur De l’Opéra national de Paris
*Stanislas de Barbeyrac, souffrant, s’est retiré de la production.
Les rôles d'Ein Hirt / Junger Seemann ont été interprétés le 8 et 12 avril par Pavol Breslik
Les rôles d'Ein Hirt / Junger Seemann seront interprétés les représentations suivantes par Dietmar Kerschbaum.

(A) 8, 12 AVRIL
(B) 17, 21, 25, 29 AVRIL ET 4 MAI

> Découvrez l'exposition Bill Viola au Grand Palais

ANNENBERG FOUNDATION/GRoW
AVEC LE SOUTIEN EXCEPTIONNEL DE LA ANNENBERG FOUNDATION ⁄ GRoW


 
DIFFUSION le 17 mai à 19h sur France Musique

Le compositeur

Richard Wagner, né le 22 mai 1813 à Leipzig, mort le 13 février 1883 à Venise. Avec Verdi, Wagner est incontestablement l’autre grande figure lyrique du XIXe siècle.
Après des débuts difficiles (il ne parvient pas à faire représenter ses premiers opéras, Die Feen, Das Liebesverbot, Rienzi et même Le Vaisseau fantôme), Wagner connaît un certain succès à Dresde, où il a été nommé maître de chapelle de la Cour, grâce, en particulier, à la création de Tannhäuser (1845). Mais sa participation, quatre ans plus tard, à la révolution de mai empêche la création de Lohengrin dans cette même ville et le contraint à s’exiler en Suisse. Là, il publie un certain nombre de textes politiques et critiques (dont L’Art et la révolution) et s’attelle surtout à la composition de son Anneau du Nibelung, esquissé un an plus tôt. Cette composition s’étalera sur plus de vingt ans, interrompue pendant une longue période par l’écriture de Tristan et Isolde et par Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, son seul opéra de maturité au dénouement heureux. En 1871, grâce au soutien du roi Louis II de Bavière, Wagner décide de faire édifier à Bayreuth un théâtre de sa conception, destiné à la représentation de ses œuvres. C’est là que sont créés, en 1876, le cycle intégral de L’Anneau du Nibelung, et, en 1882, Parsifal, son dernier opéra, qui constitue son testament artistique.

L'oeuvre

Tristan et Isolde est un immense poème lyrique, un chant d’amour et de mort inspiré par la passion que Wagner nourrissait à l’égard de Mathilde Wesendonk, la femme de son riche protecteur zurichois, Otto. Au moment où il l’entreprit, Wagner était en pleine compo­sition de la Tétralogie et songeait déjà à Parsifal, mais des nécessités pratiques (le besoin d’écrire une œuvre aux dimensions moins vastes, qui puisse plus facilement être représentée) et intérieures (le besoin de « sublimer » cet amour par l’art) l’incitèrent à abandonner tout autre travail pour se consacrer exclusivement à cet opéra. Le livret, écrit comme toujours par le compositeur lui-même, reprend le mythe celte en l’épurant au maximum et en donnant une signification personnelle au philtre d’amour qui devient, ici, le révélateur d’une passion déjà existante. En 1854, année où il jeta sur le papier la première esquisse de l’œuvre, Wagner venait de lire Schopenhauer et la Bhâgavad Gita et autant la pensée du philosophe du renoncement au vouloir-vivre que la mystique bouddhiste influencèrent son approche du mythe.
Sur le plan musical, Tristan et Isolde marque un tournant dans l’œuvre de Wagner et dans l’Histoire de la musique tout entière. Pour la première fois, en effet, la tonalité n’y règne plus en maître et le compositeur fait se superposer plusieurs rythmes, créant ainsi un mouvement très particulier de tension languissante et toujours retardée. Le prélude, le duo du deuxième acte et la mort d’Isolde sont parmi les points culminants de la partition.

La création

Après que Wagner en a dirigé des extraits les 25 janvier, 1er et 8 février 1860 au Théâtre Italien de Paris, Tristan et Isolde est créé dans son intégralité le 10 juin 1865 au Hoftheater de Munich, grâce à l’appui du roi Louis II de Bavière, sous la direction de Hans von Bülow.

L'oeuvre à l'Opéra de Paris

Tristan et Isolde a été représenté pour la première fois au Palais Garnier le 11 décembre 1904. Parmi les interprètes célèbres de l’œuvre, on peut citer : Germaine Lubin, Kirsten Flagstad, Astrid Varnay, Birgit Nilsson, Gwyneth Jones (Isolde) et Lauritz Melchior, Max Lorenz, Wolfgang Windgassen, Jess Thomas, René Kollo (Tristan), sous la direction de chefs tels que André Messager, Wilhelm Furtwängler, Herbert von Karajan, Hans Knappertsbusch, Georges Sebastian. En 1997, Tristan et Isolde fait son entrée à l’Opéra Bastille, dans une mise en scène de Stein Winge, sous la direction musicale de James Conlon. En avril 2005, une nouvelle production signée Peter Sellars pour la mise en scène et Bill Viola pour la vidéo réunissait Ben Heppner (Tristan), Waltraud Meier (Isolde), Franz-Josef Selig (le Roi Marke) et Yvonne Naef (Brangäne) sous la direction musicale d’Esa-Pekka Salonen. C’est cette production (reprise la saison suivante avec Lisa Gasteen, Clifton Forbis et Willard White, puise n 2008 avec Waltraud Meier, Clifton Forbis et Franz Josef Selig) qui est de nouveau à l’affiche cette saison.