© OnP / DR
L'Orchestre

Présentation

L'Orchestre de l'Opéra national de Paris

L’Orchestre de l’Opéra national de Paris est l’un des orchestres les plus jeunes de France, tout en étant aussi l’un des plus vénérables puisque sa fondation remonte à la création par Louis XIV de l’Académie royale de musique il y a plus de trois siècles. C’est pour cet orchestre que des compositeurs comme Lully, Rameau, Gluck, Rossini, Meyerbeer, Verdi, Wagner, Gounod, Massenet, Saint-Saëns, Ravel, Stravinsky, Roussel, Poulenc ou encore Messiaen ont écrit des chefs-d’œuvre.

Aujourd’hui, ses 174 musiciens se produisent à la fois au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille. Leur répertoire n’a cessé de s’élargir, et ils occupent aujourd’hui une place de tout premier plan dans la vie musicale française et internationale. En près de trente ans, ils ont travaillé avec de très grands chefs tels que Lorin Maazel, Georges Prêtre, Zubin Mehta, Christoph von Dohnányi, Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Myung-Whun Chung, James Conlon, Pierre Boulez, Semyon Bychkov, Valery Gergiev...

Des moments d’exception auront marqué ce parcours : la création de la version intégrale de Lulu avec Pierre Boulez, celle du Saint François d’Assise d’Olivier Messiaen sous la direction de Seiji Ozawa, Der Rosenkavalier avec Karl Böhm ou encore, en 1996, Don Giovanni , la dernière production mozartienne de Sir Georg Solti… Autant d’expériences qui ont profondément renouvelé et approfondi la personnalité d’un orchestre nourri des partitions les plus délicates et les plus exigeantes au plan de l’interprétation.

Cette personnalité s’exprime avec éloquence dans de nombreux enregistrements, qui ont valu à l’Orchestre de l’Opéra national de Paris d’être reconnu comme l’un des premiers orchestres au monde. Elle est aussi particulièrement mise en lumière lorsque ses musiciens se produisent en concert ou lors de tournées internationales. De tels concerts leur permettent de retrouver dans une relation plus complice encore, celle du répertoire symphonique, certains des chefs qui les ont dirigés en fosse. Les musiciens cultivent aussi leur connivence au travers d’une saison de musique de chambre largement ouverte aux pages maîtresses des répertoires d’hier et d’aujourd’hui.

Depuis la saison 2009-2010, Philippe Jordan est directeur musical de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris, avec lequel il a enregistré Eine Alpensinfonie de Richard Strauss (Naïve), récompensé par un Choc de l’année/ Classica 2010 , et un CD Debussy / Stravinsky / Ravel (2013).