Mercredi 29 décembre 2010
Solange Michel et Ernest Blanc

Ce sont deux interprètes chers à l'Opéra de Paris qui viennent de disparaître : la mezzo-soprano Solange Michel s'est éteinte le 15 décembre dernier, suivie de peu par le baryton Ernest Blanc, décédé le 23 décembre.

 

Née à Paris en 1912, Solange Michel commence ses études musicales à Bourges, avant d'entrer au Conservatoire de Paris où elle étudie aux côtés de Thomas Salignac et d'André Gresse, obtenant un deuxième prix de chant. Elle se produit d'abord en concert à la radio, avant de débuter à l'Opéra-Comique dans le rôle-titre de Mignon d'Ambroise Thomas, puis à l'Opéra de Paris, où elle fera l'essentiel de sa carrière. Elle chante les principaux rôles du répertoire, notamment Charlotte, Dalila, Geneviève ou encore Marguerite dans La Damnation de Faust. De ses très nombreuses interprétations de Carmen - plus de 700 en France et à l'étranger - elle nous a laissé un précieux témoignage : un enregistrement dirigé par André Cluytens, avec Raoul Jobin et Michel Dens (disponible chez Naxos Historical). Du Covent Garden à la Scala, en passant par le Teatro San Carlo de Naples, Solange Michel aura été l'une des plus brillantes ambassadrices du chant français. Elle avait fait ses adieux à la scène en 1978.


La carrière d'Ernest  Blanc, né en 1923, commence en 1946, quand il est remarqué lors d'un concours de chant par le directeur du Conservatoire de Toulon : trois ans plus tard, il en sort avec le prix d'excellence qui lui ouvre les portes de l'Opéra de Marseille. En 1954, il monte à Paris pour chanter son premier Rigoletto sur la scène du Palais Garnier : succès immédiat, bientôt suivi par Valentin, Amonasro, Wolfram de Tannhäuser, Renato du Bal masqué et Don Giovanni, ainsi que par Zurga, Eugène Onéguine et Tonio à la Salle Favart. En 1958 et 1959, il interprète Telramund à Bayreuth, rejoignant  le cénacle très fermé des chanteurs français qui ont foulé la colline sacrée, puis Escamillo à la Scala, Don Giovanni, Thaïs, Rigoletto, Un bal masqué à Glyndebourne, Edimbourg, Londres, Naples, Chicago et New York. A l'Opéra de Paris, on se souviendra de ses interprétations de Michele dans Il Tabarro (1971), du Comte de Luna dans Le Trouvère (1976), du Grand Prêtre de Dagon dans Samson et Dalila (1978), de Barbe-Bleue dans Le Château de Barbe-Bleue (1980), de Tchelkalov dans Boris Godounov (1985) et de Capulet dans Roméo et Juliette (1985). Il avait pris sa retraite en 1987.

PrécédentSuivant