Charles PERCIER (Paris 1764 - 1836) Projet de décor pour les « Mystères d'Isis », de Mozart, 1801
Mardi 1 avril 2014
Réminiscence
Découvrez les décors de la première Flûte enchantée de l’Opéra de Paris…
La Bibliothèque-Musée de l’Opéra vient de faire une acquisition passionnante : deux maquettes de décor de la première Flûte enchantée de l'Opéra de Paris, adaptation de l'oeuvre de Mozart qui portait alors le titre Les Mystères d’Isis.
Découvrez ces sources iconographiques inédites, réalisées par l’architecte et décorateur Charles Percier pour cette « Flûte » de 1801…
Les œuvres lyriques de Mozart connaissent de premières adaptations bien contestables à l’Opéra de Paris. Le Nozze di Figaro  sont présentées cinq fois en 1793 dans une version, en français bien-sûr,  où l’on cherche à faire cohabiter la pièce de Beaumarchais et la musique de Mozart, ce qui crée un spectacle qui n’en finit pas. En 1801, c’est Die Zauberflöte qui est proposée dans une adaptation de Lachnith : « Les Mystères d’Isis » dans laquelle on découpe la musique et retricote le livret de cet opéra tout en ajoutant des extraits de divers autres du compositeur. C’est malgré tout un succès qui se maintient plus de dix ans au répertoire et incite une troupe allemande à proposer la même année en version originale l’Enlèvement au Sérail à Paris.

Si la Bibliothèque-musée de l’Opéra reçoit plutôt régulièrement de l’Opéra de Paris les projets de décors et de costumes réalisés après sa création (1866), elle s’efforce au hasard des ventes publiques grâce aux crédits de la Bibliothèque nationale de France à laquelle elle est rattachée, de rassembler les documents éparpillés, antérieurs à ces versements.
Tel est le cas de deux dessins de décor de Charles Percier pour ces Mystères d’Isis, acquis en vente publique le 26 mars et constituant la seule source iconographique de cette première. On peut remarquer que la Description de l’Egypte consécutive à la campagne de Bonaparte n’était pas encore parue pour imposer aux décorateurs une vision archéologique plus authentique. Un certain nombre d’éléments du décor extérieur de ces Mystères d’Isis ont été remployés lors de la création de Sémiramis de Catel l’année suivante, comme l’atteste une esquisse de Percier acquise par le musée du Louvre il y a quelques années.

Charles PERCIER (Paris 1764 - 1836)
Projet de décor pour les « Mystères d'Isis », de Mozart, 1801
Aquarelle sur papier calque 29,5 x 35 cm.
Titré en bas à droite « Vue de la décoration des mystères d'Isis »
Légendé sur le montage : « Décor des mystères d'Isis, de Mozart, 1801 ». Calque doublé, pliures, déchirures et petits manques. Annotation au verso Provenance : « Ancienne collection de l'architecte J.N.M. Destouches (1789-1851)/estimé 10 francs en 1851 ».

L'opéra intitulé « Les Mystères d'Isis », (arrangé par Ludwig Wenzel Lachnith) d'après « La Flûte enchantée » de Mozart avec un livret d'Étienne Morel de Chédeville, se joue pour la première fois à Paris, en 1801.

L’engouement du public parisien pour les découvertes des campagnes égyptiennes fit de cet opéra un immense succès, avec plus d'une centaine de représentations.


Charles PERCIER (Paris 1764 - 1836)
Projet de décor pour les « Mystères d'Isis », de Mozart, 1801
Aquarelle gouachée sur traits de crayon noir sur papier végétal contrecollé 33,6 x 36,8 cm
Insolé, bande de papier ajoutée dans le bas Bulles d'air et épidermures
Annotations au verso : ancienne collection de l'architecte Destouches (1789 - 1851)
Estimé 6 francs lors de la sortie de l'indivision en 1851/
PrécédentSuivant